Le Dernier Restaurant avant la fin du monde
( Le Guide galactique 2 )
de Douglas Adams
aux éditions Folio SF ,
collection SF
Genre : Humour
Sous-genres :
  • Space opéra

Auteurs : Douglas Adams
Couverture : Benjamin Carré
Traduction : Jean Bonnefoy
Date de parution : décembre 2000 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Douglas Adams

La suite des aventures intersidérales d’Arthur Accroc.

Deuxième volet des aventures intersidérales d’Arthur Accroc. Dernier survivant de cette petite boule verte que les Vogons ont fait sauter pour faire passer une voie express hyperspatiale, il poursuit ici son périple avec de bien étranges compagnons :

Ford Escort, son copain qu’il croyait terrien mais en fait originaire de Bételgeuse,* Zappy Bibicy, ex-président de la galaxie (bicéphale qui plus est) en fuite aux commandes du fleuron des navires spatiaux. Venant de dérober ce dernier juste pour le fun, notre équipe se voit poursuivie par la quasi totalité des forces armées de sa galaxie et celles des environs.

Le Guide est exact

Marvin, l’androïde névropathe capable de démoraliser un bus entier de bonnes sœurs qui iraient porter la bonne parole aux âmes perdues accros à Marilyn Manson, Le fameux Guide Galactique, véritable héros de la série permettant à n’importe quel voyageur de se retrouver dans l’immensité de l’univers (n’oubliez pas : " Le Guide est exact. La réalité est bien souvent erronée. ")

Dans cet épisode, nos héros iront dîner dans Le Dernier Restaurant avant la Fin du Monde, lieu chébran à mort où toute la Jet Set de la galaxie se rend pour assister, comme son nom l’indique, à la fin de l’univers (très jolis effets pyrotechniques en perspective…) avant de repartir par le chemin spatio-temporel inverse…

Défiant tout résumé, sachez que cette série est avant tout un essai philosophique des plus profonds qui reléguerait Socrate, Platon et autre Nietzsche au rang de simples bouffons à peine capables de soutenir une discussion avec Lagaf’. Voici un exemple de ces réflexions - qui resteront gravées à tout jamais dans l’histoire de la pensée humaine - sur lequel je vous laisse méditer : " Voyez-vous, on n’est jamais tout seul quand on a un canard en caoutchouc. " Je suis certain que vous en restez sans voix, imaginez l’effet de cette maxime sur votre psyché lorsqu’elle se trouve dans son contexte…

Sagesses absurdes, calembours à gogos, non sens absolus, humour cartoonesque.

Bienvenu dans ce monde étrange où Mulder et Scully deviendraient paranos et arrêteraient de tourner sans scénar, où Ulysse 31 ne pourrait trouver le chemin de la Terre et ferait subir à Nono les pires outrages pour se venger, où Lux-aïe !wo-cœur péterait la tronche à ce pot de pus de Yann Solo, se taperait la princesse Leïla et prendrait un malin plaisir à passer Chou-Baka à la tondeuse.

Si vous avez le cœur réellement bien accroché, prenez place aux côtés d’Adams dans le dernier cri de la technologie extra-solaire : " Beau comme un squale, rapide comme un squale, maniable comme une vache. " Un régal pour les amoureux du 36ème degré. MEUHHHHH

Xavier Vernet

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.