Le Dôme
( Arkézone 1 )
de Philippe Gadioux et Lionel Bourjac
aux éditions Soleil
Genre : SF

Scénariste : Lionel Bourjac
Dessinateur : Philippe Gadioux
Couleurs : Camille Paganotto
Date de parution : décembre 2003 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Philippe Gadioux ou Lionel Bourjac

Les nouveaux hérauts de la science-fantasy

On dira ce que l’on voudra : les éditions Soleil sont une véritable pépinière de nouveaux talents de la bande dessinée. Avec dans ses rangs quelques figures emblématiques tels Crisse ou Bajram, Soleil a même aujourd’hui développé "une sorte d’école de la BD", dont la fluidité de trait et les aventures haut-en-couleur constituent une véritable marque de fabrique. La preuve encore avec ce premier tome d’Arkézone, Le Dôme, par Lionel Bourjac et Philippe Gadioux : deux petits nouveaux dans le paysage bédévisuel français, qui ne renient nullement leurs penchants pour le cinéma de George Lucas et nous offrent ici une série à la croisée des mondes de la science-fiction et de la fantasy.

Le secret des dômes de métal

La planète Komadurah abrite plusieurs espèces humanoïdes qui se tolèrent plus qu’elles ne s’accordent. Les cruels Moôshanes ont su s’imposer aux autres par leurs visées guerrières et une cruauté sans égal. Aussi, les paisibles Jelvines, les Sfaartiens et les autres Jhaast subsistent-ils sous le joug impérialiste des Moôshanes, leur livrant leur compte de travailleurs et d’esclaves. Pourtant, depuis quelques temps, l’hégémonie des Moôshanes semble marquer le pas : l’empereur Zarog, semble plus préoccupé par la construction d’une immense muraille défensive que par la poursuite des conquêtes. Ce comportement est indigne d’un Moôshane et le général Korgan compte bien faire cesser ces agissements ; tout empereur qu’il soit, Zarog a du souci à se faire. Mais qui sait ce que que peut bien cacher le masque qui dissimule les traits de l’empereur ? Et pourquoi celui-ci se rend-il secrètement à l’intérieur du dôme de métal, domaine privilégié des dieux, interdit à tout mortel ?

Une légende au goût de futur antérieur

Dans ce premier tome d’Arkézone, Gadioux et Bourjac pratiquent le mélange des genres avec une réussite certaine. Le Dôme est un patchwork très coloré de créatures au look plus ou moins probable, dans un monde médiéval aux lignes localement très futuristes (et pas seulement dans le carcan métallique du dôme).

Du côté du dessin et de la mise en scène, ça part tous azimuts et participe efficacement à la dynamique très cinématographique de la série. L’originalité d’Arkézone tient plus à son habile mise en cohérence d’éléments divers qu’à sa nouveauté. Le peuple des Jelvines, par exemple, semble tout droit sorti des forges de carbone d’un Crisse. On trouve même dans certaines planches des inspis plus inattendus, comme un combat au bâton qui rappelle étrangement une scène du film épique : La Princesse du désert.

Ceci dit, la sauce prend bien, très bien même, et laisse entrevoir des surprises, les auteurs distillant leurs secrets avec la parcimonie de ceux qui ont bien l’intention de durer. Gageons que le succès mérité de cette série leur offrira cette opportunité.

Laurent Deneuve

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.