Le Magicien et le Golem
de Philippe H. Besancenet
aux éditions Sandawe Editions
Genre : Fantasy
Sous-genres :
  • Humour

Auteurs : Philippe H. Besancenet
Couverture : Thiébaut
Date de parution : 2012 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Nombre de pages : 313
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Philippe H. Besancenet

Délire et humour de magicien

Philippe H. Besancenet est né en 1975. Après des premiers pas dans la littérature de jeux de rôles et de fanzines, il devient en 2004 journaliste. Baigné par des univers de fantasy, ses inspirations sont Prachett, Doyle ou bien Tolkien. Son premier roman, Le Magicien et le Golem, est une belle preuve d’admiration de ses auteurs fétiches.
 
Un petit mot pour l’affreuse couverture, surtout ne vous laissez pas avoir par celle-ci. Le contenu du livre est nettement meilleur !
 
La naissance d’un grand mage ?

Arha, depuis sa naissance, se voit subir les coups du destin, entre la chance et une sacrée déveine. Forcément, tout le monde voit en lui un être hors du commun, mais pour Arha ce n’est pas de tout repos. Subissant sans broncher les coups du sort ou profitant d’un jour heureux, le jeune homme parcourt son petit bonhomme de chemin.

Tout va se compliquer le jour où le le grand Mage Merrelf décide de le prendre comme apprenti. Ainsi il va devoir faire face à la magie et surtout à toutes les corvées que Merrelf lui demande de faire. Briquer la maison, nettoyer le logis et une multitude de tâches l’attendent, et Asha commence vraiment à se demander ce qu’il fait là. Pourtant son destin est en route et va prendre forme d’une étrange manière...

En effet son maître d’apprentissage va disparaître lors d’une réunion de magiciens. Arha va devoir mener son enquête pour retrouver son maître avec l’aide de ses deux amis, Catie, jeune et belle fille au caractère bien trempé et un tantinet téméraire, et Bressog son ami de toujours, gourmand et affamé.

Ses aventures vont l’emmener à combattre des créatures féroces et enrayer des sortilèges ratés ou encore rencontrer le trop célèbre metteur en scène Karl Penter. Saura-t-il devenir un héros sans peur et un mage accompli ? Seul l’avenir le dira...

Une fantasy décalée et bourrée d’humour

L’humour au pays de la fantasy, certains s’y sont essayé avec un grand succès (Pratchett) et d’autres avec beaucoup de réussite.

Dès le départ, l’auteur annonce la couleur et lance son héros dans une suite d’embûches et d’aventures sur un ton assez léger. Les jeux de mots et autres anagrammes sont légions et vous n’aurez pas assez de vos deux yeux pour tous les voir. Vous allez croiser un certain Shrek ou encore un metteur en scène du nom de Karl Penter, vous trouverez des clins d’oeil comme le mystérieux livre Misarilion de Loitenk ! À vous de trouver la solution, je crois que ce n’est pas très difficile !

Un roman donc chargé d’humour, où trois personnages vont vivre ensemble quelques péripéties. Deux garçons et une fille, ils sont tous assez attachants même si je préfère Arha avec son destin du type "j’ai de la chance ou alors de la malchance". On a vraiment l’impression que sa vie est basée sur le jet d’une pièce de monnaie et il ne prend pas si mal les choses, ce qui donne un petit côté sympa.

L’intrigue par elle-même n’est pas très originale mais je ne pense pas que c’est l’effet recherché. En fait l’auteur préfère jouer sur les relations de ses héros, sur ses références tout à fait assumées comme Prachett, avec les deux gardes et leurs discussion sur un casque et ses dangers par exemple, ou encore le dragon qui rappelle quelques délires de ce style d’humour.

L’univers fantastique est très bien rendu, l’apprentissage d’Arha dans la magie, sa recherche de connaissance et son désir de plaire à son maître Merrelf entraîne le lecteur dans un monde où les objets parlent ou encore décident eux-mêmes s’ils doivent ou non laisser le passage… Comme la porte du Placard où se cachent les sorts de Merrelf.

On sent que l’auteur est fan de fantasy et c’est une vraie jubilation dans son écriture que vous allez retrouver. Vous allez même y retrouver des phrases de plusieurs films, mais là je vous laisse les découvrir...

Pour un livre jeunesse, Philippe H. Besancenet frappe fort, son histoire va plaire à un public beaucoup large pour peu que l’on se laisse aller à lire le début du roman à l’humour décapant. Même les petites phrases tirées du journal d’Arha sont truculentes, entre un univers de l’absurde et la joie toute simple de rire de tout.

Je conseille ce livre au jeune public, mais aussi à tous ceux qui veulent voir la fantasy autrement qu’avec de gros bras aux cerveaux encéphaliques de poulpes dégénérés, ou encore d’un mage sombre et dénué d’humanité.

Yann Blanchard