Le Monde Vert
( 0 )
de Brian Aldiss
aux éditions Gallimard ,
collection Folio SF
Genre : SF
Sous-genres :
  • Post apocalyptique

Auteurs : Brian Aldiss
Couverture : Manchu
Traduction : Michel Deutsch
Date de parution : février 2009 Réédition
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 336
Titre en vo : Hothouse
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : janvier 1962
Première parution : janvier 1974

Lire tous les articles concernant Brian Aldiss

Chef-d’œuvre arboricole

Né en 1925 en Angleterre, Brian Aldiss est aujourd’hui un vieux de la vieille. Il fait partie des grands anciens qui ont marqué de leur empreinte l’histoire de la science-fiction. Notamment avec quelques titres qui font partie des classiques : la trilogie d’Helliconia, bien-sûr, mais aussi Barbe-Grise, Intelligence Artificielle et ce Monde Vert.

Vert c’est vert

Imaginez que notre planète se soit arrêtée de tourner sur elle-même. Du côté obscur, baigné dans la nuit éternelle, il n’y a pratiquement plus de vie. Seules quelques horreurs sans nom subsistent encore dans ces régions glacées.

La situation est en revanche complètement différente du côté éclairé. La végétation y a proliféré au point que les plantes sont devenues les maîtres, régnant sans partage sur cette zone et constituant une vaste forêt. La compétition y est d’ailleurs impitoyable. Certains arbres sont devenus gigantesques alors que d’autres se sont dotés de structures leur permettant de profiter de chaque opportunité en matière d’engrais, comme la mort d’un de leurs congénères ou le sac ambulant de nutriments que constitue un homme. Car en effet, c’est à cela que l’homme est réduit.

Le temps de notre domination est passé

Les quelques humains qui restent sont regroupés en petits clans vivant au milieu de la forêt. Ces clans, au mode de vie primitif mais néanmoins complexe, ont complètement oublié les temps anciens où leur espèce régnait sur la Terre, et doivent lutter pour survivre dans un monde où leurs meilleurs alliés, les plantes, sont en fait leurs pires ennemis...

Un excellent roman post apocalyptique

Vision d’apocalypse, paysage chamboulé, univers d’une dureté sans égale, Le Monde Vert est un roman riche, très riche pour ses 336 pages. Au point que l’on se dit qu’il pourrait facilement être constitué de plusieurs tomes. Mais il est un one shot inspiré. L’intrigue est pleine de rebondissements et c’est vraiment un voyage à travers un autre monde qui vous attend au détour de ses pages. Il ravira tous les fans de biologie, d’éthologie ou d’évolution. Pour un regard neuf sur la nature et un avertissement à l’humanité... À lire absolument.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.