Le Peuple de l’Eau
( Les Derniers Hommes 1 )
de Pierre Bordage
aux éditions Librio
Genre : SF

Auteurs : Pierre Bordage
Couverture : Christian Volckman
Date de parution : janvier 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Pierre Bordage

Après Rohel et ses quatorze volumes, Pierre Bordage récidive dans le genre du feuilleton chez Librio avec Les Derniers Hommes, une série qui en comportera six.

Lorsque l’on n’a que 94 pages pour écrire le premier chapitre de cette saga de six tomes, il vaut mieux planter le décor rapidement. Et avec Pierre Bordage, ça ne traîne pas ! Tout de suite, il met le lecteur dans le bain de cette Europe complètement dévastée dans laquelle des peuples nomades tentent de survivre.

Les Aquariotes, le "Peuple de l’eau", est un des plus célèbres d’entre eux. Tout au long de l’année, ils cherchent d’anciennes poches d’eau non contaminées, de l’Ukraine à l’Atlantique. Seulement, chez les Aquariotes, il n’y a pas vraiment de place pour les bouches inutiles. Solman était donc mal parti avec sa jambe tordue et son corps malingre. Heureusement pour lui, la nature l’a doté d’un don. Il a la capacité de percevoir les émotions des autres, un peu comme s’il lisait dans les pensées des gens. Très vite, cette capacité a été mise au service de son peuple. Il est bien utile d’avoir quelqu’un qui détecte le mensonge à côté de soi lors de négociations commerciales ! Mais la peur de voir Solman découvrir ce qu’ils ressentent l’a éloigné de ses semblables. Du coup, la solitude a toujours plus ou moins accompagné notre jeune héros tout au long de sa vie. Seule Raïma, une jeune fille douée d’un stupéfiant pouvoir de guérison et d’une maladie incurable, lui témoigne son affection.

Je ne vous en dirais pas plus sur cette courte histoire dont le but est véritablement de planter un cadre aux cinq tomes qui suivront. Quant à savoir si j’ai aimé... Ben, honnêtement, là encore, 94 pages, c’est un peu court pour donner véritablement son avis. L’histoire démarre bien et reste en suspens comme il se doit à la fin du bouquin (juste pour que l’on comprenne qu’il va bien y avoir une suite), même s’il y a quelques petites longueurs (comme quoi, ça n’a rien à voir avec le nombre de pages). Bref, affaire à suivre.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.