Le Regard
de Ken Liu
aux éditions Le Bélial ,
collection Une heure lumière
Genre : Science Fiction

Auteurs : Ken Liu
Couverture : Aurélien Police
Traduction : Pierre-Paul Durastanti
Date de parution : juin 2017 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 92
Titre en vo : The Regular


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Ken Liu

Un polar dans une société futuriste.

Auteur sino-américain vivant aux USA, doté d’un doctorat en droit, de talents en informatique, et en traduction, Ken Liu a en prime un talent remarqué pour la littérature de genre. Depuis quelques années maintenant il rafle des prix littéraires (Hugo, Nebula, World Fantasy Award, Grand prix de l’imaginaire) pour une production qui, grâce aux éditions Le Bélial notamment, commence à voir le jour en France. En 2015, on remarquait son recueil de nouvelles La Ménagerie de papier (Grand Prix de l’Imaginaire). En 2016, on remarque L’Homme qui mit fin à l’Histoire, une novella de SF qui s’attaque à un sujet d’une extrême gravité : le négationnisme. La revue Bifrost publie régulièrement des nouvelles de lui. Et la collection Une Heure Lumière lui consacre à nouveau un tome, avec cette fois-ci Le Regard, un polar dans une société futuriste qui n’est pas sans rappeler Blade Runner

 

Un meurtre sordide

 

Jasmine est une jeune prostituée qui fait une mauvaise rencontre. Son nouveau client ne profite pas de sa charmante compagnie, et l’assassine dès son arrivée chez elle. Mais, la mère de la jeune fille ne compte pas laisser l’enquête sur un coin de table du commissariat local. Elle embauche Ruth Law, enquêtrice privée et ancienne flic, pour faire le jour sur cette affaire. 

Mais, si de prime abord le crime semblait banal, il s’avère qu’il sera plus complexe, et n’épargnera pas notre enquêtrice qui sera replongée dans ses anciens démons. 

 

Pas un coup de maître

 

Cette courte novella offre un agréable moment de lecture, et de détente. On se laisse prendre par l’intrigue, à suivre les avancées rapides de Ruth Law dans cette enquête, tout en suivant parallèlement les pérégrinations de l’assassin. 

Mais, avouons que ce n’est pas le meilleur texte de Ken Liu. Sans égal avec L’Homme qui mit fin à l’Histoire, Le Regard propose hélas un scénario déjà éculé, maintes fois lu dans cette littérature de genre, avec des protagonistes répondant aussi aux stéréotypes du genre. Et la fin est hélas trop aisée à voir venir, et ne surprendra donc pas le lecteur habitué. 

Il n’en demeure pas moins que le moment de lecture est sympathique, et ravira les néophytes plus que les inconditionnels. Cette lecture, répondant au standard de la collection, sera tout indiquée pour un court trajet, offrant ainsi une bonne distraction au lecteur.

Bastien Roche