Le Sang d’Ambre
( Le Cycle des Princes d'Ambre 7 )
de Roger Zelazny
aux éditions Folio SF
Genre : Fantasy

Auteurs : Roger Zelazny
Traduction : Jean-Pierre Pugi
Date de parution : octobre 2001 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 254
Titre en vo : 1
Parution en vo : janvier 1986

Lire tous les articles concernant Roger Zelazny

Suite de la seconde partie du cycle des Princes d’Ambre

Si vous avez lu Les Atouts de la Vengeance (passage indispensable pour comprendre cette suite) vous savez que pas mal de choses se sont passées depuis un certain 30 avril… Trop de choses ? Bon d’accord, on va résumer rapidement…

Souvenez-vous !

Merlin (fils de la noblesse d’Ambre et des Cours du Chaos) s’est enfin rendu compte que quelqu’un cherche à le tuer tous les 30 avril. Alors qu’il commençait à trouver cette situation assez agréable puisque, cette date fatidique passée, il pouvait espérer un an de tranquillité, les obstacles s’accumulent et continuent même après le 1er mai…

Tout a commencé le jour où, essayant de se réconcilier avec son ex petite-amie, il l’avait découverte morte, éventrée d’un coup de patte manifestement extraterrestre. De cette macabre constatation ainsi que de quelques autres indices troublants, Merlin conclu qu’il ne se trouve pas au cœur d’un simple fait divers terrien mais d’un conflit opposant les forces magiques de l’Ordre (symbolisé par la Marelle d’Ambre) et du Chaos (symbolisé par le Logrus des Cours). Mais pour éviter que tout se résume à un affrontement manichéen, divers éléments viennent s’y greffer.

La Roue Spectrale tout d’abord, machine née de l’imagination de Merlin et faite pour fonctionner dans l’univers très particulier d’Ambre a des velléités d’indépendance et réclame sa part de suprématie dans le combat des deux puissances. Luke ensuite, son meilleur ami terrien, se révèle être le petit-fils caché d’Oberon dont le père fut renié pour traîtrise par la famille régnante d’Ambre. Ayant toujours dissimulé ses origines, il est désormais décidé à faire payer, par tous les moyens, la mort de son paternel. Enfin pour couronner le tout, la seconde marelle tracée par Corwin pourrait être à l’origine de certains bouleversements inexpliqués.

Une suite fort honorable...

Ces quelques éléments remis en place, vous êtes prêts à reprendre votre lecture assidue et apprécier les quelques moments d’évasion que vous offre cette suite, certes pas au niveau de la première partie du Cycle mais fort honorable quand même. A suivre dans Le Signe du Chaos où Zelazny à force de souffler sur les braises arrive enfin à faire renaître la flamme.

Claire Bauchat