Le Seigneur des Terres de Feu
( Les Lames du Roi 2 )
de Dave Duncan
aux éditions Livre de Poche ,
collection Fantasy
Genre : Fantasy

Auteurs : Dave Duncan
Couverture : Laurent Beauvallet
Traduction : Cédric Perdereau
Date de parution : août 2007 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 593
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Dave Duncan

Jolie réussite

Originaire d’Ecosse et résidant actuellement au Canada, Dave Duncan fait partie de ces nouveaux auteurs de fantasy importés en France par les éditions Bragelonne. Jusque là, impossible de lire dans la langue de Molière cet auteur qui a déjà écrit une trentaine de romans. Autant dire que si la série des Lames du Roi fonctionne, on n’a pas fini d’en entendre parler.

Un drôle d’étudiant

Dans la prestigieuse école d’escrime du Hall de Fer, les surprises sont rares lors des cérémonies pour faire entrer les jeunes étudiants au service du Roi. Aussi lorsque Pillard refuse son affection, la surprise est énorme. Le jeune homme doit alors s’expliquer et raconter son histoire. Une histoire peu ordinaire pour celui qui n’est autre que le fils d’un roi ennemi qui a fui son pays pendant le chaos lié à la mort de son père. Mais révéler son parcours alors que tous le croyaient mort, c’est prendre le risque de voir certains vouloir le faire taire. Une nouvelle vie d’aventure commence alors pour Pillard.

Un bon moment de détente

Un univers original, une plume agréable et surtout une étonnante capacité à surprendre le lecteur, Dave Duncan a de nombreux atouts pour nous séduire. Souvent là où on ne l’attend pas, son histoire est un bon moment de détente qui évite en partie les poncifs du genre. Sans crier au génie, sa fantasy a le mérite d’être plaisante et facile à lire même si parfois elle a tendance à être un peu trop bavarde (certains détours du récit sont un peu longs). Sur ce qu’on a pu en lire, cette série n’a pas l’étoffe et la densité d’un Assassin Royal ou d’un Trône de fer. Mais elle est assez bien ficelée pour que l’on parle de véritable réussite. Rien de grandiose mais une qualité et une originalité certaines. Un deuxième tome (indépendant du premier) en forme de bouffée d’oxygène à découvrir pour se faire plaisir.

Jérôme Vincent