Le Temps, en s’évaporant
( 1 )
de Jean-Claude Dunyach
aux éditions L’Atalante ,
collection La Dentelle du Cygne
Genre : SF

Auteurs : Jean-Claude Dunyach
Couverture : Gilles Francescano
Date de parution : mai 2005 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Recueil
Nombre de pages : 124
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Jean-Claude Dunyach

Toujours aussi bon...

Même s’il se fait aujourd’hui beaucoup plus rare dans les librairies, Jean-Claude Dunyach reste un des meilleurs novelistes français de science-fiction. Il s’en ai fait au fil des ans une spécialité, au point que les éditions de l’Atalante ont eu l’excellente idée de faire en cinq petits volumes une intégrale de ses nouvelles. Mais Jean-Claude Dunyach aime aussi le métier d’éditeur. Il devrait dans les prochains mois être à la tête d’une nouvelle collection de romans de science-fiction aux prolifiques éditions Bragelonne.

Beaucoup d’inédits, quelques rééditions

Par rapport aux recueils précédents publiés chez l’Atalante, ce cinquième volume se distingue par son nombre important d’inédits. Pas moins de cinq textes le sont ce qui ravira sans doute ceux qui suivent Jean-Claude Dunyach depuis quelques années maintenant.

Et surprise ce n’est désormais plus tout à fait le même écrivain. On sent une légère différence dans le style et dans les préoccupations entre l’auteur des Oiseaux (une nouvelle géniale d’ailleurs) et celui d’un Vœu pour la Fey. Ce n’est pas forcément évident à expliquer mais c’est un fait et finalement le temps passant (s’évaporant même...), c’est plutôt normal.

Un très bon recueil

Pour autant, Jean-Claude Dunaych est toujours aussi passionnant à lire. D’abord pour la qualité de son écriture qui elle n’a pas changé. Ensuite pour son imagination. S’il semble un peu plus tourné désormais vers la fantasy, on se délectera de la finesse d’un Vœu pour la Fey (une jeune fée fait découvrir la forêt à un humain) ou de l’humour du Client est roi (un Troll qui part à la recherche d’un dragon). Un filon qu’il avait déjà exploité d’ailleurs dans de précédents recueils.

Le reste de ce livre est un cumul de petits bonheurs. Du robot qui devient conscient (L’Âge d’or du réel) au papa qui joue avec sa fille (Le Lapin sous la pluie), en passant par la nouvelle éponyme : Le Temps, en s’évaporant, on dévore avec un immense plaisir ce cinquième volume de son intégrale de nouvelles. En rêvant à un sixième composé entièrement d’inédits...

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.