Le Travail du Furet
( Les Chroniques de Centrum 1 )
de Afif Khaled et Jean-Pierre Andrevon
aux éditions Soleil
Genre : SF

Scénariste : Jean-Pierre Andrevon
Dessinateur : Afif Khaled
Couleurs : Afif Khaled
Date de parution : mai 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Afif Khaled ou Jean-Pierre Andrevon

La présentation de l’album par les éditions Soleil

Même si son nom ne vous dit pas forcément quelque chose en Bande Dessinée (en polar ou en science-fiction oui), Jean-Pierre Andrevon n’est pas tout à fait un nouveau venu. Il y a quelques années, il a signé les scénarios d’une demi-douzaine d’albums avec Véronik et Pichard aux pinceaux. A 67 ans, le voilà donc de retour sur la scène de la BD avec l’adaptation de son roman le plus connu : Le Travail du Furet (récemment réédité chez Folio SF). A ses côtés un tout jeune dessinateur : Khaled a qui l’on doit les illustrations de quelques romans.

Son boulot ? Tuer ses concitoyens au nom de l’Etat !

Le Travail du Furet nous plonge quelques années dans le futur dans une ambiance plutôt glauque. Les 90% du continent Europa sont recouverts d’une gigantesque cité qui contient 98% de la population. Le tout sous une pluie perpétuelle qui tombe sans discontinuer à cause des chamboulements climatiques. Et pour couronner le tout les humains sont sérieusement à l’étroit dans leur minuscule territoire. C’est là que le héros de Jean-Pierre Andrevon intervient. Son boulot consiste à réguler la population. Autrement dit, il abat sans sourciller des cibles choisies au hasard par la grande loterie des dirigeants. Une manière comme une autre de contrôler les naissances. Un boulot pas forcément désagréable sauf quand on commence à se faire quelques amis…

Noir et très bien

Autant vous le dire tout de suite, vous ne risquez pas de rire aux éclats avec Le Travail du Furet. Le propos ne s’y prête pas. Avec talent Jean-Pierre Andrevon nous offre dans ce premier tome une brillante adaptation de son fameux roman. Et si l’on n’en rit pas c’est que ce futur plutôt sombre sonne comme une mise en garde. Tout du moins comme une vision pessimiste des errements écologiques de l’homme et de ses absurdités politiques. On ne s’amuse pas mais on accroche dès les premières cases. On vous l’a dit, il y a du talent là-dessous. Et Jean-Pierre Andrevon se révèle être un très bon scénariste, bien aidé il est vrai par Khaled. Bref, ce premier tome des Chroniques de Centrum est une réussite. Reste juste à confirmer l’essai dans les volumes à venir.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.