Le club des punks contre l’apocalypse zombie
de Karim Berrouka
aux éditions ActuSF ,
collection Les Trois Souhaits
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Zombies

Auteurs : Karim Berrouka
Date de parution : août 2017 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 412
Age minimum : 14 ans
Titre en vo :
Première parution : mai 2016

Lire tous les articles concernant Karim Berrouka

La chronique écrite d’Adrien, 13 ans.

L’auteur

Chanteur et parolier du groupe punk « Ludwig von 88 » dans les années 80 et 90, Karim Berrouka a ensuite publié des nouvelles, puis a dirigé des anthologies dans les années 2000.

Il écrit ses premiers romans Cyclones en 2011 et Fées, weed & guillotines en 2014.
 

Le club des punks contrel ‘apocalypse zombie est son troisième roman. Il a reçu le prix Julia-Verlanger en 2016.


L’histoire

A notre époque à Paris, l’apocalypse zombie décime la quasi-totalité de la population. Les membres d’un groupe punk, Deuspi, Fonsdé, Karpotkine, Eva et Mange-Poubelle, décident de faire flotter le drapeau de l’anarchie sur la Tour Eiffel, afin de réaliser leur rêve d’enfant.Après l’avoir réalisé, ils sont victimes d’une hallucination qui leur annonce que « l’harmonie a été rompue ».

Ils se dispersent, ils se regroupent et doivent faire face à une meute de zombies…

Mon avis

J’aime bien les histoires de zombies, j’en ai plusieurs, mais je n’ai pas trop aimé ce livre. En lisant le quatrième de couverture, j’avais l’impression que l’histoire serait centrée sur leur tentative de planter le drapeau sur la Tour Eiffel, mais, en fait, ils y arrivent vite et l’histoire part un peu dans tous les sens. Il y a beaucoup de flash-backs. Ça n’est pas toujours drôle. L’histoire est décousue et on ne s’y retrouve pas facilement.

Le style est plutôt parlé, souvent et volontairement vulgaire, où tout est pris un peu à la légère et décrit de façon exagérée. Les phrases sont courtes, énergiques, l’écriture est vivante et donnent l’impression que l’auteur est pressé. Comme si tout se passait très vite dans un univers déjanté.

Comme son titre le suggère, c’est un livre qui a le mérite d’être original.
 

Adrien Nottola


chroniqueur(se) ado.