Les Atouts de la vengeance
( Le Cycle des Princes d'Ambre 6 )
de Roger Zelazny
aux éditions Folio SF
Genre : Fantasy

Auteurs : Roger Zelazny
Traduction : Jean-Pierre Pugi
Date de parution : juin 2001 Réédition
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 220
Titre en vo : Trumps of Doom
Parution en vo : janvier 1985
Première parution : janvier 1986

Lire tous les articles concernant Roger Zelazny

Pour ce sixième tome du Cycle des Princes d’Ambre, changement de décor.
Désormais, c’est au fils de Corwin de tenir le premier rôle.

Accrocs de la première partie du Cycle d’Ambre réjouissez-vous ! Folio nous donne enfin la possibilité de lire la suite. Elle commence par Les Atouts de la Vengeance. Bon certes, la couverture est toujours aussi, comment dire ça sans subir l’immonde censure de mon rédac’chef adoré, " recherchée et vachement profonde ".

De l’avis du groupe de réflexion spontanée formé autour de moi pour en trouver le sens caché, nous en avons conclu qu’il s’agit : soit d’une erreur d’édition (elle devait à l’origine couvrir un roman empli de soucoupes volantes), soit d’une bobine de fil dentaire phosphorescent censée symboliser le côté " Prince charmant à l’hygiène buccale impeccable " des membres de la maison royale d’Ambre, soit d’un ventilateur lumineux photographié en marche pour représenter de façon habile et pas chère la Roue Spectrale, élément on ne peut plus important de ce début de seconde partie…

Indépendant et passionnant…

Cette suite de la Saga d’Ambre est presque totalement indépendante de la première période. Le héros, Merlin, plus connu sur l’Ombre Terre sous le nom de Merle Corey, est le fils du Prince d’Ambre Corwin (l’amnésique qui nous a fait découvrir l’univers d’Ambre dans les premiers tomes) et d’une Princesse des Cours du Chaos dont les membres sont les adversaires traditionnels de la maison d’Ambre.

Peu soucieux de l’enjeu qu’il représente pour ces deux puissances qui voient en lui l’arbitre naturel de l’affrontement entre l’Ordre et le Chaos (rien que ça), Merle passe plus volontiers sa vie sur Terre. La vie y est après tout beaucoup plus simple : ici pas d’intrigues de cours ou de complots, il mène la vie calme et tranquille d’un informaticien brillant au sein d’une entreprise radieuse, qui partage ses moments de liberté entre une petite amie délicieuse et la réalisation d’une invention qui l’obsède.

Vous faites quelque chose le 30 avril ?

Sauf que de très légers changements se produisent dans cette vie parfaitement réglée : il vient de démissionner de son boulot, a rompu avec sa petite amie, l’a trouvé éventrée d’un coup de patte n’appartenant en aucun cas à une créature terrestre, et surtout s’aperçoit pour la première fois depuis des années que quelqu’un cherche résolument à l’éliminer tous les 30 avril. Le bouquin débutant naturellement un 30 avril, tout part à une vitesse folle et on s’y laisse prendre facilement.

On ne rentre pas dans cette seconde partie de la même manière que dans la première : l’attrait de la découverte du monde d’Ambre, de ses personnages et de ses lois n’y est plus. Cela reste quand même un bon bouquin que vous n’avez pas envie de lâcher. Beaucoup moins innovant que les premiers donc, mais toujours aussi agréable à lire…

Claire Bauchat