Les Casseurs d’os
de Sébastien Meier
aux éditions Fleuve Edition ,
collection Fleuve Noir
Genre : Policier

Auteurs : Sébastien Meier
Date de parution : avril 2018 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 306
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Sébastien Meier

Le premier tome d’une série policière.

Sébastien Meier est né en 1988 en Suisse romande. À 22 ans il fonde sa maison d’édition Paulette, dans laquelle il publie une quinzaine d’ouvrages en trois ans. Parallèlement à cela, il cofonde un collectif des arts de la scène (Collectif Fin de Moi) avec lequel il signe deux mises en scène. Il s’investit également quelque temps au bimensuel La Cité. En 2015, son roman Les Ombres du métis (Chez Zoé) a été récompensé par le Prix Lilau de la ville de Lausanne. Il partage aujourd’hui son temps entre l’écriture et leflamenco en Espagne.

Bienvenue en Bohème !

Après une série avec pour cadre la Suisse, Sébastien Meier installe son intrigue en Bohème. Il s’agit d’une étrange localisation au cœur de l’Europe, dont le modèle économique, politique et culturel pourrait s’apparenter à la Suisse ou encore Monaco. Dans cet endroit qui fait figure de paradis, le revenu universel est appliqué depuis un moment, une monarchie chapeaute la vie politique, de nombreuses drogues sont légalisées, la propriété privée abolie et la liberté sexuelle semble sans limites. Cette apparente quiétude est mise à mal le jour où on retrouve le corps d’une historienne à priori sans histoires, sauvagement assassinée, et celui de son assistant à quelques kilomètres plus loin au fond d’un lac.

Pour résoudre cette enquête, nous faisons la connaissance de la forte personnalité d’Elodie Fasel, l’étrange Eugène Young, au passif professionnel peu recommandable, et Elias Neuman un curieux journaliste et lanceur d’alertes le jour et chanteur dans un cabaret la nuit. Les premiers éléments de l’enquête semblent arriver à une conclusion trop hâtive. Mais puisqu’il s’agit du premier tome d’une série, vous vous en doutez, ce ne sera pas aussi facile que cela !

Ce n’est pas fini. 

Sébastien Meier prend ici bien le temps de présenter son cadre, la Bohème, et de nous familiariser avec ses personnages. C’est dense, riche, et alors que je croyais naïvement me lancer dans un "one shot", j’ai compris assez rapidement qu’en me lançant dans Les Casseurs d’os, c’était inévitablement tomber dans le piège d’une série policière on ne peut plus addictive. 

Stylistiquement parlant, c’est assez brut de décoffrage, un peu dans l’esprit d’Incardona (ça tombe bien il est Suisse aussi !), c’est sordide d’une certaine manière, rien que par la description de ses meurtres. Ça fait assez froid dans le dos. Et puis la Bohème qui est décrite ici, elle n’est pas aussi idyllique que ça. Les enquêteurs sont des personnalités suffisamment torturées et un brin barrées pour être attachantes, le journaliste, ce curieux travesti assez dévergondé, n’est pas commun. Bref, on a affaire ici à un premier ouvrage d’une incroyable densité qui nous cale tranquillement l’ambiance, entre les scandales de corruption et le début d’une ère troublée dans l’échiquier politique bohémien. Oui, effectivement, Sébastien Meier a bien réussi son coup parce qu’on a bien envie de savoir la suite. 

Salomé Lelièvre