Les Coups de coeur des Imaginales, Thierry Di Rollo
de Thierry Di Rollo
aux éditions
Genre : Fantasy

Auteurs : Thierry Di Rollo
Date de parution : mai 2013 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Thierry Di Rollo

L’anthologie des Coups de coeur des Imaginales sera disponible dans quelques jours aux éditions Actusf. Dirigée par Stéphanie Nicot, elle rassemble les dix auteurs qui ont été des Coups de coeur du festival des Imaginales ces dernières années. Un peu de promo ne faisant jamais de mal, nous avons posé quelques questions aux auteurs.

Le premier d’entre eux est un auteur maison. Les éditions Actusf ont publié deux recueils de nouvelles, Cendres et Crépuscules de Thierry Di Rollo, ainsi qu’un roman qui sort aussi dans quelques jours : Les Solitudes de l’Ours Blanc. C’est dire si on est ravi qu’il soit dans cette anthologie. Sa nouvelle mets en scène un Janus monté sur une créature terrifiante. De la fantasy extraordinaire et passionnante, et qui est également un avant-goût de son prochain roman...

Actusf  : Comment est née l’idée de cette nouvelle ?
Thierry Di Rollo : Je travaille (mentalement, pour le moment, l’histoire n’en est qu’au stade de la gestation) à mon deuxième roman de fantasy. Wilbur et son war-lizzard seront probablement de la fête ; "Une simple promesse" en est donc le préambule, plus ou moins fidèle - je ne sais pas si je reprendrai tous les éléments factuels de la nouvelle.
 
Actusf  : C’est une nouvelle fois de la fantasy. C’est un genre que tu apprécies en tant qu’écrivain ? Et pour quelles raisons ?
Thierry Di Rollo : Oh ! que oui. C’est le seul domaine où je me sens complètement libre, vraiment. Je peux tout y mettre, sans aucun frein. En bref, la fantasy convient totalement à mon type d’imagination. J’y reviendrai donc toujours, même si je ressens le besoin de continuer de m’ouvrir l’esprit en m’essayant à d’autres genres que je n’ai pas encore visités.
 
Actusf  : On se souvient du varan géant qui portait le héros de Bankgreen. Dans “Une Simple Promesse” il y a un war-lizzard. Y’a-t-il un plaisir particulier à inventer des animaux de ce type ? 
Thierry Di Rollo : Oui, j’adore ça, tout simplement. D’autant que là, le war-lizzard est plutôt "inventé". Je ne sais pas, j’ai l’impression qu’avec un animal le personnage est plus complet. Et puis, de la sorte, je ne m’ennuie pas en sa compagnie ; il me donne l’envie de le suivre à travers l’histoire. Les animaux m’ont toujours fasciné, en fait. Leur beauté, leur vérité, leur place jamais usurpée au sein de la nature ; au contraire de nous, bien trop souvent "hors cadre".
 
Actusf  : Comment vois-tu Wilbur ?
Thierry Di Rollo : Je crois qu’il n’a pas grand-chose à voir avec Mordred le varanier. il est plus positif, même si , en tant que janus, il peut avoir ses parts d’ombre et d’amibiguité. Et puis, lui, au contraire du varanier, il a aimé une femme, Choréandre, à la folie.
 
Actusf  : Quels sont tes projets ? Sur quoi travailles-tu ?
Thierry Di Rollo : Sur le prochain fantasy pour le Bélial, donc. Olivier m’a dit dans un courriel, émoticone ’clin d’oeil’ à l’appui : "Fais épique, bon sang de bordel ! EPIQUE !" Oui, oui, on va essayer.

Jérôme Vincent

Plus d’infos sur l’anthologie Coups de coeur des Imaginales

Plus d’infos sur Les solitudes de l’Ours Blanc de Thierry Di Rollo