Les Frères d’Enoch
( Le Syndrome de Caïn 3 )
de Andrea Mutti et Nicolas Tackian
aux éditions Soleil
Genre : Fantastique

Scénariste : Nicolas Tackian
Dessinateur : Andrea Mutti
Couleurs : Luca Malisan
Date de parution : janvier 2008 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Nombre de pages : 46
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Andrea Mutti ou Nicolas Tackian

Une série bien agréable

Né en 1973, Nicolas Tackian s’est lancé à corps perdu dans la bande dessinée, après un passage dans la presse magazine. Sa bibliographie commence à prendre de l’ampleur. Il a signé Bad Legion, L’Anatomiste, Kookabura Universe, Les Insurgés d’Edaleth ou bien encore Black Bank. Sur Le Syndrome de Caïn, il est associé à l’italien Andrea Mutti. A noter que Nicolas Tackian est également très attiré par le cinéma. Il a conçu plusieurs séries pour la télévision et assisté le réalisateur James Huth, à qui l’on doit Serial Lover, La Marque Jaune ou Brice de Nice. Et depuis 2006, Nicolas Tackian a franchi une étape supplémentaire en créant le Studio Babel pour produire des courts et des longs-métrages.

L’immortalité et l’alchimie

Myriam, Pierre et Zed continuent leur enquête à la recherche d’Andréas Balgani, cet homme que l’on semble retrouver de loin en loin dans l’histoire de l’humanité. Un probable immortel évidemment insaisissable. En même temps, ils tentent de percer le mystère de la poudre trouvée dans l’épisode précédent. Et pour finir, Myriam va retrouver son père et découvrir la vérité sur sa mère. Une vérité plutôt amère…

Jouet de l’Histoire

Avec cette série, Nicolas Tackian joue avec l’Histoire en y ajoutant une bonne dose de mystère et de fantastique avec la présence de cet étrange Andréas. Il évoque également l’alchimie et ses mythes comme un enjeu majeur et un peu de religion pour faire bonne mesure. Et force est de constater que ce mélange périlleux est assez réussi. Depuis trois albums, on se laisse prendre avec plaisir à cette intrigue bourrée d’action, de violence et de rebondissements.

Côté dessin, on ne peut que saluer le travail d’Andrea Mutti. Son trait est plutôt réaliste et il y a une vraie qualité dans son style, ce qui rend certaines planches superbes. Il y a un grand plaisir visuel à lire cette série plutôt ambitieuse. Elle confirme en tout cas les espoirs qu’on avait mis en elle. Reste à voir maintenant comment les deux auteurs vont conclure leur aventure car dans ce genre de cycle où le mystère prime, le dénouement est capital. A suivre…

Jérôme Vincent