Les Ombres
( Nash 7 )
de Sébastien Damour et Jean-Pierre Pécau
aux éditions Delcourt
Genre : SF

Scénariste : Jean-Pierre Pécau
Dessinateur : Sébastien Damour
Couleurs : Pierre Schelle
Date de parution : janvier 2003 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Sébastien Damour ou Jean-Pierre Pécau

Une fin de cycle en apothéose

Damour, de son vrai nom Sébastien Tessier, dessine dès son plus jeune âge. Son Bac en poche, il s’inscrit à la section Arts Plastiques de la Faculté de Bordeaux en ayant dans l’idée de devenir professeur de dessin. Mais en 1994, lors du Festival d’Angoulême il prend contact avec Delcourt. Jean-Pierre Pécau s’attèle à un scénario de cyberpunk et la première série de notre dessinateur voit le jour dans la collection dirigée par Olivier Vatine et Fred Blanchard. Pécau quant à lui, est arrivé à la Bande dessinée par le biais du jeu de rôles. Depuis 1980, il est au cœur de l’actualité rôliste. Il a participé à la rédaction des premiers numéros de Casus Belli et a travaillé à la conception et à la rédaction des premiers jeux de rôles français. Puis, il écrit des scénarios pour des séries télés et participe actuellement à la réalisation de cédéroms d’entreprises. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir plusieurs scénarios de Bandes Dessinées à son actif, tels que Little Blade (tome 2 : La Licorne, Delcourt, 2002) avec Def au dessin, Les Fées noires (tome 3 : Notre-Dame de dessous la terre, Delcourt, 2001) et Arcanes Majeures dont le tome 1, Pandora, vient de paraître ce mois-ci chez Delcourt.

La fin de la paix

Dreamland, havre de paix dans lequel le petit peuple avait trouvé refuge, n’est plus. Les patrouilles de l’armée progressent toujours plus avant et sèment la mort dans les rangs des dollies. La Reine rouge, Audrey, préside une cérémonie durant laquelle son père, Nash, devrait revenir à la vie. Mais, la révolte gronde au sein des différents clans et l’avenir se fait de plus en plus sombre. La cérémonie est interrompue, la Reine rouge décide d’emmener une dernière fois ses Dollies au combat, afin de délivrer leurs sœurs prisonnières à Mesquitos…

Une très bonne série

Ce dernier opus termine en apothéose le second cycle. Il est la conclusion de l’histoire débutée deux tomes auparavant. Pécau est arrivé à maintenir un certain suspens et ne s’est pas perdu en route. Il a su rendre attrayante sa grande fresque cyberpunk et tenir en haleine ses lecteurs jusqu’au bout. La série s’est éloignée de l’univers urbain des premiers tomes pour nous entraîner dans les méandres de la forêt. Damour semble plutôt à l’aise dans ces décors. Il y a un beau jeu de contraste entre le peuple des Ménades, ces Dollies retournées à " l’état sauvage " qui semblent venir de la nuit des temps, leur communion avec la forêt qui les abrite et les protège, et leur état d’objets fabriqués par l’homme, de leur composante génétique étrange qui leur permet de se régénérer et de renaître. Une bonne série qui a su se fidéliser un public grâce à ses qualités de scénario, à l’énergie qui en émane, et à ses nombreuses surprises.

Charlotte Volper

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.