Les Prédateurs
( Buffy contre les Vampires - Saison 8 5 )
de Cliff Richards et George Jeanty
aux éditions Fusion Comics
Genre : Fantastique

Scénariste : Doug Petrie
Dessinateur : Cliff Richards
Traduction : Jérôme Wicky
Date de parution : novembre 2009 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 128
Titre en vo : Buffy the Vampire Slayer
Parution en vo : 2009

Lire tous les articles concernant Cliff Richards ou George Jeanty

Buffy autour du monde

La série télévisuelle Buffy contre les Vampires s’est arrêtée à la fin de la septième saison. Toutefois, Joss Whedon a continué de faire vivre son héroïne au travers d’une série en bandes dessinées.

Pour cela, il s’est fait accompagner de plusieurs scénaristes (pour le cinquième tome, on notera la présence de Jane Espenson – Battlestar Galactica) et de dessinateurs de qualité.

 

Bien que sous forme de bandes dessinées, ce qui constitue le huitième opus des aventures de la tueuse est organisé comme une série télévisée, distillée au public américain sous forme d’épisodes. Ceux-ci, s’ils forment un tout – une saison – sont aussi largement indépendants. En France, les histoires sont regroupées par tomes de cinq épisodes.

 

Un tome qui relève le niveau


Ce cinquième volet nous fait rencontrer pêle-mêle une ancienne camarade de Buffy, devenue vampire et star du petit écran, des chats monstrueux, une araignée géante, des tueuses de tous types, une poupée qui parle et des horreurs sans nom.

 

Un des points intéressants de la reprise en bandes dessinées est que l’action n’est plus localisée à Sunnydale – pour cause de destruction totale. Le territoire de chasse des tueuses est désormais le monde entier. Ainsi, elles sont amenées à voyager, en Italie, au Japon ou ailleurs, ce qui ouvre de nouveaux horizons et de nouvelles sources d’inspiration aux auteurs. Et elles peuvent aussi se trouver confrontées à des manifestations formidables qu’il aurait été difficile – et surtout coûteux – de reproduire à l’écran.

 

Par ailleurs, les auteurs peuvent se permettre de reprendre d’anciens personnages, d’en créer de nouveaux, de construire toute une foule de caractères différents qui évoluent, s’affrontent ou se soutiennent au fil des pages. Forcément, pour la télévision, le nombre d’acteurs est limité, de même que les possibilités de faire revenir quelqu’un qui aurait été délaissé depuis trop longtemps.

 

Bref, Joss Whedon s’amuse et joue avec ses idées dans ce nouveau tome qui relève sérieusement le niveau qui avait baissé lors du précédent volet.

Jean Rébillat

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.