Les Trésors
( Emblèmes 15 )
de Estelle Valls de Gomis
aux éditions L’Oxymore
Genre : Fantastique

Auteurs : Emblèmes , Alphonse Karr , Delia Sherman , Jérôme Noirez , Armand Cabasson , Léo Henry , Merlin Gaunt , Léa Silhol
Couverture : Dorian Marchecourt
Anthologiste : Estelle Valls de Gomis
Date de parution : août 2005 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Anthologie
Nombre de pages : 154
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Emblèmes ou Alphonse Karr

Toujours aussi bien

Cela n’a l’air de rien, et pourtant Emblèmes est une affaire qui dure. En janvier prochain, la petite anthologie périodique fêtera ses 5 ans. Et le bilan est plus que positif. Emblèmes c’est aujourd’hui 15 numéros et 2 Hors Séries mais surtout une qualité quasiment constante. De vrais petits trésors du fantastique. Et les trésors, justement, nous allons en parler...

Léo Henry et Armand Cabasson

S’il n’y a pas de « star » ou d’auteur reconnu au sommaire, l’ensemble de cet Emblèmes 15ème du nom est plutôt homogène avec comme fil conducteur des trésors souvent obsédants, mystérieux et destructeurs. De ce bloc émerge très clairement la nouvelle de Léo Henry, dans laquelle un joaillier juif taille un diamant pour un dignitaire nazi qui veut s’en servir pour son tourne disque et surtout pour obtenir un son parfait. Une aventure toute en dualité au final extrêmement bien pensée.

Autre nouvelle à saluer celle de Julien Bouvet, un jeune auteur qui a bien su utiliser les mystères liés à la foudre. Et puis dans un style plus classique mais bien pensé tout de même, Armand Cabasson nous offre un texte mélangeant pierre précieuse et féerie.

Un bon moment

Ce numéro 15 d’Emblèmes devrait vous permettre de passer un bon moment. On l’a dit, l’ensemble est assez homogène en terme de qualité et d’imagination, avec deux-trois textes qui ressortent du lot. Un très bon numéro pour une série d’anthologies périodiques qui continue sa route avec sérieux, obstination et bonheur. Avec en plus ce don rare pour trouver et mettre en avant de jeunes auteurs, chose que quasiment personne ne fait dans l’édition de l’imaginaire aujourd’hui. Bravo.

Jérôme Vincent