Les Vaisseaux d’Omale
( Omale 4 )
de Laurent Genefort
aux éditions Denoël ,
collection Lunes d’Encre
Genre : Science Fiction
Sous-genres :
  • Space Opera

Auteurs : Laurent Genefort
Couverture : Manchu
Date de parution : février 2014 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 448
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Laurent Genefort

« Ma partie de fejij en cours contre Suidenaï m’a montré que la situation ne me satisfait pas, malgré les richesses et la gloire à venir. J’ai atteint les limites du commandement. Mon rôle de chef de flottille me lasse déjà. Il me faut autre chose. »

 Un retour au cycle
 
Laurent Genefort (1968) est avec sa quarantaine de livres un auteur très présent sur la scène de l’imaginaire. Le cycle d’Omale est l’une de ses œuvres majeures, qui a assis sa réputation d’auteur de qualité. Le cycle est composé d’Omale (2001), Les Conquérants d’Omale (2002), La Muraille Sainte d’Omale (2004) et de plusieurs nouvelles dont "L’Affaire du Rochile" (2008). Il a été réédité en deux volumes en 2012 sous le titre d’Omale, l’aire humaine. Ce roman y fait suite.
 
Destination espace !
 
Les Hodgqins ont mis en place un programme destiné à les emporter dans l’espace, pour retrouver des traces des créateurs d’Omale ou, au moins, une Porte de Vankg. Ils développent leur programme sans difficulté, mais les humains sont bien décidés à participer à l’expédition. Un groupe de scientifiques mené par Ipis prend donc la direction de l’Aire hodgqine pour tenter d’intégrer la mission.
 
Celle-ci doit rester secrète afin de ne pas réveiller l’agressivité des Chiles, en paix depuis plusieurs décennies. Mais les risques d’échec sont très élevés et l’issue de la quête incertaine. Ipis est pourtant persuadée de pouvoir réussir, et elle fera tout pour intégrer et réussir la mission.
 
La connaissance s’agrandit
 
Opposition et entraide rythment la vie des peuples de l’Aire humaine et, même si au début ce sont les Hodgqins qui tiennent le haut du récit, l’expédition humaine et son chef s’imposent rapidement comme incontournable. Cet ethnocentrisme pose quand même la question de la possibilité pour les auteurs de proposer une vision purement extraterrestre du monde.
 
Ce roman est une grande aventure de découverte. Le récit est parfaitement mené et l’intrigue est facile à suivre voire, sur certains points, à anticiper. Certains aspects techniques concernant la construction du vaisseau, comme le raccordement des propulseurs, ne sont pas abordés et peuvent faire douter de la validité technologique du vaisseau hodgqin.
 
Mais ce sont des détails et l’ensemble reste agréable à lire. Les humains, tout comme les autres espèces intelligentes de l’Aire, cherchent une explication à leur présence sur Omale, et ce volume n’apportera pas toutes les réponses.
 
Il faudra donc attendre la suite de la saga.

Chris de Savoie