Les Cieux pétrifiés
de N.K. Jemisin
aux éditions J’ai lu ,
collection Millénaires
Genre : SF

Auteurs : N.K. Jemisin
Couverture : Camille Alquier
Traduction : Michelle Charrier
Date de parution : septembre 2018 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 445
Titre en vo : The Stone Sky
Parution en vo : août 2017


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant N.K. Jemisin

Une trilogie déjà historique
 
N.K. Jemisin a réussi un exploit : gagner trois prix Hugo d’affilée pour sa trilogie Les livres de la terre fracturée : un exploit qui s’explique par la qualité des deux premiers volumes, La Cinquième Saison et La Porte de cristal. Rappelons pour mémoire que l’intrigue se noue autour du personnage d’Essun/Syénite, jeune femme capable de manipuler les forces cachées au fond de la terre : on appelle les gens comme elle des orogènes et ils sont élevés par des gardiens, des êtres impitoyables qui partagent en partie leurs facultés. Essun a eu comme mentor Albâtre, qui s’est ensuite révolté contre les gardiens et a détruit le lieu où les orogènes étaient formés, le fulcrum, en créant un rift où affleure le magma.
 
On a ensuite découvert un monde dévasté, avec une Essun qui a vu son mari Jija assassiner leur fils Uche en découvrant ses facultés d’orogène tout en emmenant leur fille Nassun avec lui. Cette dernière, récupérée par Schaffa, l’ancien gardien de Essun, a finalement tué son père : on se demande comment cela va finir…
 
Le moment décisif
 
Après de durs combats et la disparition d’Albâtre, Essun voit un de ses bras se transformer en pierre. Elle se fait amputer par Hoa, le mangeur de pierre (de drôles de créatures qui vivent dans la roche), de ce bras atrophié et continue d’aider les gens de la communauté dirigée par Ykka. Leur but est de rallier des terres où ils pourront survivre à la saison qui vient de commencer. Pendant ce temps, sa fille Nassun erre avec le gardien Schaffa, auquel elle s’est attachée comme un deuxième père. Elle reçoit la visite d’autres mangeurs de pierre. Nassun en vient à considérer que seule la fin du monde pourra mettre un terme aux souffrances dont elle est témoin. Sa mère est loin de partager son avis.
 
Une conclusion réussie
 
Si vous avez aimé, adoré les deux précédents volumes, à quoi faut-il donc s’attendre ? On retrouve Essun, la mère, et Nassun, la fille, seules dans un univers dont on apprend petit à petit les circonstances de la naissance. L’intrigue est bien menée, les détails savamment instillés par un auteur en pleine possession de ses moyens. Tout le talent de Jemisin réside dans cette capacité à créer un univers fictionnel très riche de détails avec des personnages complètement vivants (il s’agit bien sûr d’une illusion) pour le lecteur. Des ados de 15-18 ans vont connaître un bonheur formidable en lisant cette trilogie qui va les accompagner longtemps, un peu comme le cycle d’Ambre pour une autre génération. On se permettra aussi de saluer des personnages féminins, héroïques, fascinants. N.K. Jemisin compte désormais parmi les auteurs à suivre dans le petit monde de la science-fiction.

Sylvain Bonnet