Les coups de coeur de Jean-Luc Rivera - décembre 2015
de Fabien Clavel
aux éditions

Auteurs : Fabien Clavel
Date de parution : décembre 2015 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Fabien Clavel

Jean-Luc Rivera est un passionné et un érudit de tous les genres de l’Imaginaire. Organisateur du Festival de Sèvres, conférencier et membre du jury du Grand Prix de l’Imaginaire, il nous fait partager régulièrement ses coups de cœur sur Actusf.

Feuillets de cuivre de Fabien Clavel (ActuSF)
 
Je fais depuis longtemps partie du "fan club" de Fabien Clavel, dont je pense avoir lu quasiment tous les livres. Avec Feuillets de cuivre (Editions Actusf) j’ai l’impression qu’il nous a livré son meilleur roman, le plus achevé à ce jour. Il nous emmène dans un Paris différent du nôtre car les savants, lorsque débute l’histoire, ont découvert et commencé à dompter l’éther avec pour conséquences des interactions discutées avec le monde "surnaturel". Mais cet environnement que l’on pourrait qualifier de steampunk, évoqué à traits légers tout au long du roman, ne constitue que le décor dans lequel évolue le personnage central, autour duquel tourne toute l’intrigue, à savoir l’inspecteur puis commissaire Ragon. En effet nous suivrons de ses débuts en 1872 jusqu’à la fin de sa carrière, en 1912, ce policier exceptionnel : Fabien Clavel a créé une sorte d’inspecteur Lecoq, doté de la carrure et de l’appétit de Nero Wolfe (l’auteur ne résiste d’ailleurs pas à un clin d’oeil malicieux p. 51) et des "petites cellules grises" d’Hercule Poirot, lecteur enragé et passionné de livres, ce qui lui donne une culture encyclopédique qu’il met, tout au long du roman, au service de la résolution de ses enquêtes (livrets d’opéra et tatouages cryptographiques par exemple). A partir du contenu d’une bibliothèque, il peut en déduire les motifs de l’assassin si c’est celle du criminel ou les raisons du meurtre si il s’agit de celle de la victime. Cela va commencer dès sa première enquête rapportée dans le roman : trois cadavres de prostituées, horriblement mutilés, sont retrouvés et Ragon, dont l’habileté commence à être connue, est chargé d’élucider le mystère. Ses investigations vont le conduire dans la maison de madame Loraux qui a donc perdu trois de ses pensionnaires et dont la bibliothèque contient le sulfureux "Magia sexualis" de Pascal Beverly Randolph... Il y trouvera la clé des meurtres et une épouse. Fabien Clavel nous entraîne ensuite dans une intrigue de plus en plus vertigineuse, entièrement basée sur son immense culture littéraire, non seulement classique mais aussi populaire, qu’il met à la disposition de Ragon : c’est ainsi qu’une édition curieuse de "Vingt mille lieues sous les mers" trouvée dans la chambre d’un patient du docteur Blanche (dont l’institut de repos était fort célèbre dans le Paris de notre monde) va le mettre sur une nouvelle piste, celle de celui qui se révèlera sa nemesis, l’Anagnoste (une bien belle idée de l’auteur), et qui va entraîner Ragon dans un jeu aussi mortel que subtil, mettant à rude épreuve la culture livresque (et la culture tout court) et la sagacité de celui-ci. L’auteur met aussi à l’épreuve la culture de ses lecteurs car on se prend très vite au jeu du mélange de personnages fictifs et réels et au mais tout le talent de Fabien Clavel réside dans une intrigue qui peut aussi bien se lire au premier niveau sans rien perdre de sa qualité si, comme moi, on ignore une bonne partie des références et donc des clins d’oeil (mais on peut profiter ensuite de la postface érudite d’Isabelle Périer qui nous livre un intéressant éclairage sur le roman). Le personnage principal, Ragon, est à la fois attachant et touchant, cet homme dont l’obésité croît de pair avec sa souffrance intérieure et son savoir encyclopédique ; quant à son adversaire, l’Anagnoste (dont le vrai nom ravira les amateurs de Buffy),il prend pour moi place au panthéon des "savants fous". Je ne vous en dirais pas plus car ce serait spoiler le roman et ne pas rendre justice à sa richesse et à son foisonnement littéraire. De plus, cerise sur le gâteau, outre son contenu excellent, le contenant est un très bel objet, un livre à couverture cartonnée, orné d’une illustration à la fois sobre et chic, conçue par Eric Holstein, et dont le fond gris-vert est tout à fait dans l’esprit de Noël. A lire de suite !

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.