Les Damnés de l’asphalte
de Laurent Whale
aux éditions Gallimard ,
collection Folio SF
Genre : Post-Apocalyptique

Auteurs : Laurent Whale
Couverture : Alain Brion
Date de parution : janvier 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 576
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Laurent Whale

Un auteur sympathique
 
Écrivain franco-britannique, Laurent Whale a publié chez des petites maisons d’édition comme Ad Astra (Les Pilleurs d’âmes) et Rivière blanche (Le Chant des psychomorphes) avec comme but avéré d’écrire de la fiction populaire, en hommage à des grands anciens tels qu’Alexandre Dumas ou Stefan Wul. C’est plus que louable : Avec Les Étoiles s’en balancent, Laurent Whale nous avait offert un roman post-apocalyptique que beaucoup ont trouvé jouissif, plein d’action et très bien mené. On s’interrogeait cependant sur la pertinence de sa démarche : trouverait-il un public ? À priori oui car il nous donne Les Damnés de l’asphalte, suite des Étoiles s’en balancent, déjà publié aux éditions Critic.
 
La quête du frère
 
Miki Costa a un gros problème. Son frère Tom, qu’il vénère, qui a contribué à repousser une invasion de la France dévastée quinze ans plus tôt, a disparu lors d’une exploration du Sud en ULM. Il décide de partir à sa recherche avec les membres de sa communauté : Toni, Cheyenne, Vincente (le fils de Tom). Il laisse derrière lui sa femme enceinte de leur enfant. Leur quête va les mener en Espagne, pays dévasté et morcelé en cités, en proie à la renaissance du fanatisme religieux. Miki n’est pas au bout de ses peines mais il ne lâche pas l’affaire, malgré les morts, les blessés et les malades…
 
La gloire du roman post-apocalyptique 
 
On avait été peut-être trop sévère en lisant Les Étoiles s’en balancent… Toujours est-il que Les Damnés de l’asphalte fonctionnent bien. Whale livre une description de l’Espagne après la catastrophe plutôt crédible et l’action est bien menée. Le roman a aussi un ton anarchisant qui séduit un critique de plus en plus conservateur (l’âge ? Chers lecteurs, on devrait mourir avant quarante ans). Au total, laissez-vous tenter par ce roman.

Sylvain Bonnet