Les enfants d’Evernight, tome 1 : De l’autre côté de la nuit
( Les enfants d'Evernight 1 )
de Mel Andoryss
aux éditions Castelmore
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Ailleurs
  • Animaux
  • Fantastique
  • fantasy animalière
  • Rêves
  • Steampunk

Auteurs : Mel Andoryss
Couverture : Marc Yang
Date de parution : janvier 2014 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 320
Age minimum : 9 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Mel Andoryss

Faites un vœu et retrouvez-vous à Evernight !

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas un roman adapté en BD mais bien l’inverse qui nous intéresse ici ! Mel Andoryss, scénariste des BD Le cercle et Les sept naufragés, nous livre ici son premier roman, moyen pour elle d’étoffer l’univers d’Evernight, imaginé dans sa bande-dessinée du même nom…
Pas besoin de connaître l’œuvre originale pour suivre Camille dans le monde des rêves et faire face avec elle aux dangers de cette cité gouvernée par des animaux géants !

« Que ce monde soit inquiétant ou non, il restait extraordinaire. »

Camille est une jeune londonienne du XIXème siècle. Depuis le décès de sa mère, elle vit seul avec son père qui a prévu de l’envoyer vivre en pension. Un soir, elle fait le vœu de ne jamais se réveiller pour échapper à son destin. Son souhait est exaucé mais d’une drôle de manière.

Elle se réveille à Evernight, un monde peuplé d’animaux où l’on exploite l’énergie des songes… En parallèle de ses premiers tâtonnements dans ce monde inconnu, on découvre qu’elle n’est pas la seule humaine. Mais les jeunes Mathias, Maximilien et North sont des exceptions. Eux sont les piliers de cet univers, les autres enfants , eux, ne sont pas du tout les bienvenus !  

Le monde imaginé par Andoryss est fascinant. Mâtiné de steampunk, il mélange technologie avancée et décor très XIXème. Ainsi,  la jeune North se balade avec un robot sur son épaule et Maximilien, le Marchand de sable se déplace sur une planche volante ! A côté de ça, la bibliothèque d’Evernight -magnifiquement décrite au passage - possède un charme ancien, toute en vieilles boiseries et arabesque de fer forgé. Autre élément vieillot, l’intrigue tourne autour de vieilles montres à goussets quantifiant le temps de sommeil des enfants qui débarquent à Evernight. Sans compter que dans ce monde-là, les baleines nagent dans le ciel et les voyages se font à dos de bourdon !

Les habitants de ce monde sont donc des animaux, aux comportements résolument humains. Mc Claw, un tigre géant et bourru, dirige l’Ordre et délègue les basses tâches à toute une palettes de bestioles, rongeurs divers, lièvres, tatous et même des pandas ! Imaginez  le saisissement de Camille qui se réveille dans un monde bien avancé technologiquement – les avions n’existaient pas encore à son époque -, qui doit accepter de frayer avec des animaux géants. Mais le plus incroyable dans cette histoire, c’est que sans rêves, il n’y aurait pas d’Evernight.

Au cœur du rêve et de l’action

Ce monde  repose entièrement sur le contrôle des songes. Le lecteur fait la connaissance des trois seuls humains sur qui repose le bon fonctionnement de cet univers. Mathias, assez effacé et discret est à la tête d’un poste à haute responsabilité : en tant que Maître du temps, il est responsable des montres surveillant le sommeil des humains.

North, jeune femme alerte et rusée, est un Vendeur de Nuit. Elle est la maîtresse d’Aguarian, l’île-tortue et retient les Egrygors, les cauchemars communs à un grand nombre de gens. Enfin, Maximilien, le plus cabot des trois, extrait l’énergie des rêves, qui sert par exemple à faire avancer sa planche. Ces trois personnages aux caractères bien trempés font paraître Camille, pourtant notre héroïne, bien fade et timorée. Espérons qu’elle s’affirme un peu plus dans le second tome.

D’ailleurs, bien qu’elle atterrisse sur le territoire de Maximilien, elle n’interagit pas directement avec les trois autres enfants dans ce premier tome. Notre héroïne passe en fait son temps à fuir en compagnie de Sam, un personnage masqué, qui va l’instruire sur le fonctionnement Evernight.

La narration pose les bases de cet étrange univers et nous présente ses habitants mais ne délaisse pas l’action pour autant.  Tout avance assez vite et il y a pas mal de péripéties. Ainsi, on dévore les dix pages de combat de North contre un Egrygor et on apprécie le suspense de la course-poursuite finale, où Mc Claw et une armée de belettes essaient de mettre la main sur Camille. Il y a même une petite révélation sur un personnage, que les plus attentifs auront soupçonnée dès le début.

 

En tout cas, ceux qui ont déjà lu la BD ne s’ennuieront pas, bien au contraire. Castelmore, sur son blog affirme : « Notre version peut être considérée comme un director’s cut : l’auteure a ajouté plusieurs scènes et un certain nombre d’éléments de réponses qui n’ont jamais été révélés aux bédéphiles.  » Une occasion donc de  découvrir le vrai rôle des enfants à Evernight, le passé de North ou encore l’histoire du peuple de Mc Claw.  

Il faudra attendre le second semestre de 2014 pour la parution du tome 2. Les plus impatients pourront se rabattre sur le deuxième tome de la BD sans être perdus, vu que l’adaptation est extrêmement fidèle.

Anne-Sophie Rouveloux

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.