Les enfants de la baleine - Tome 1
( Les enfants de la baleine 1 )
de Abi Umeda
aux éditions Glénat ,
collection Seinen manga
Genre : Manga
Sous-genres :
  • Ecologie
  • SF

Auteurs : Abi Umeda
Traduction : Karine Rupp
Date de parution : janvier 2016 Inédit
Langue d'origine : Japonais
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 192
Titre en vo : Kujira no kora wa sajyo ni utau
Cycle en vo : Kujira no kora wa sajyo ni utau
Parution en vo : 2013

Lire tous les articles concernant Abi Umeda

Sur un immense désert de dunes vogue la Baleine de Glaise, un vaisseau qui renferme tout un village de jeunes habitants. Coupés du monde, ils sont pour beaucoup dotés du Saimia, un pouvoir qui puise dans leurs émotions et raccourcit leur espérance de vie. Dans cet univers de science-fiction mâtiné d’une poésie toute japonaise se dessinent mystères, sensibilité et rebondissements…

Mangaka depuis 2005, Abi Umeda a travaillé à la fois sur des séries de shônen et de shôjo. Elle commence en 2013 la série Les enfants de la baleine qui sera publiée dans le magazine Mystery Bonita où elle exprime à la fois sa sensibilité et la richesse de son univers. L’équilibre entre émotions et action lui a valu la double distinction du Kono manga ga sugoi en 2015 : top 10 des classements fille et garçon. La série compte actuellement sept volumes dont quatre sont parus en français aux éditions Glénat. Le cinquième est à paraître en novembre prochain.
 
Sur la surface d’un immense désert de sable vogue la Baleine de Glaise, un vaisseau abritant une jeune population coupée du monde. Capables d’un don nommé Saimia, ses habitants invoquent un pouvoir surnaturel qu’ils tirent de leurs émotions et qui raccourcit leur espérance de vie. Un jour, le jeune Chakuro découvre une ruine et fait une rencontre qui va bouleverser leur monde…

Une ambiance à la fois poétique et sombre


C’est un univers très poétique qui se dessine dès les premières pages sous les traits d’Abi Umeda : un immense vaisseau fait de glaise et d’arbres, village flottant sur un désert de dunes. À l’intérieur, une population de jeunes habitants capables de manier le Saimia, un pouvoir issu de leurs émotions mais qui raccourcit leur espérance de vie. On y retrouve l’ambiance onirique du studio Ghibli par exemple (notamment Nausicäa) dans les traits et l’ambiance, mais aussi la promesse de moments plus sombres par le terrible prix que payent ces jeunes pour leurs pouvoirs.

Les enfants de la baleine comporte un côté très contemplatif à travers les décors à la fois simples et superbement détaillés, et des conversations toutes en retenue et en non-dits comme on en retrouve souvent dans la culture japonaise. La qualité du dessin renforce cette ambiance par la qualité des détails, la beauté des paysages, la richesse des expressions de chaque personnage…

Enfin, l’auteure raconte en fin de volume comment l’idée lui est venue. L’anecdote elle-même renforce le côté poétique de l’œuvre, alors qu’elle explique avoir trouvé un mystérieux journal dans une boutique perdue. Cet auteur inconnu relate la vie quotidienne de sa communauté sans aucune émotion jusqu’à ce que cela change petit à petit au fil du récit, comme le fera le héros du manga, Chakuro, mandaté pour consigner les événements importants à bord de la Baleine de Glaise.

Une histoire captivante

Ce qui fait la force de cette série, c’est un très bon équilibre entre le côté contemplatif et émotionnel, et la vivacité de l’histoire, pleine de mystères et d’action. Ce premier volume pose les bases de la série et pique notre curiosité : qui sont ces villageois à bord de la Baleine de Glaise ? Pourquoi sont-ils coupés du monde ? Sont-ils les derniers survivants de la mer de sable ? Que s’est-il passé et que vont-ils découvrir ?

Le personnage principal de l’histoire, Chakuro, consigne les événements de la communauté à travers un journal dans lequel il n’est pas autorisé à partager ses émotions. Au fil des pages, il raconte ses découvertes et relate l’évolution de la Baleine de Glaise. L’émotion se trouve au centre de l’histoire. Entre le Saimia, pouvoir qui puise dans les émotions de l’être, et ce journal dans lequel Chakuro n’est pas autorisé à partager son ressenti, quel est le rôle des émotions dans cette société ? Quelles questions l’auteure va-t-elle soulever sur le sujet au fil des volumes ?

Mais l’action n’est pas en reste pour autant : alors qu’il découvre un bâtiment en ruines au beau milieu du désert, Chakuro fait une étrange rencontre, une survivante qui va soulever de nombreuses questions au sein de la communauté fermée de la Baleine de Glaise et qui attise la curiosité.

Classé Seinen (manga pour jeunes adultes et adultes), Les enfants de la baleine propose des personnages attachants, un univers poétique et une histoire pleine de mystères et de promesses. L’équilibre subtil entre contemplation et action est une force pour cet univers riche en poésie et en émotions sans rentrer dans la mièvrerie, le tout servi par des scènes d’actions haletantes et d’impressionnants décors. Un premier volume qui donne envie de découvrir la suite !

Florie Vignon