Les projets de vos auteurs : Thomas Geha
de Thomas Geha
aux éditions
Genre : Interview

Auteurs : Thomas Geha
Date de parution : février 2013 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Thomas Geha

Thomas Geha fait le point sur son actualité en 2013.

Actusf : Quel bilan fais-tu en tant qu’auteur de 2012 ?
Thomas Geha : Mon bilan est plutôt bon. 2012 a été surtout l’année de la nouvelle, un support que j’affectionne de plus en plus. J’ai publié en début d’année "Les Tiges" dans l’anthologie Destination Univers (Griffe d’Encre). L’antho a été bien reçue, mon texte aussi. Ensuite, en février a paru mon premier recueil de nouvelles, Les Créateurs, aux éditions Critic. Là encore, je suis plutôt satisfait, le livre a été assez suivi par les lecteurs et la critique. Niveau ventes, il doit tourner autour des 500/600. Ce n’est pas spectaculaire, mais les nouvelles, tout ça… Et en mai, enfin, une nouvelle de fantasy, "Chuchoteurs du dragon", était au sommaire de Reines et Dragons, anthologie dirigée par Lionel Davoust et Sylvie Miller pour Mnémos. 
 
 
Actusf : Quelles sont tes sorties prévues en 2013 et sur quoi travailles-tu ?
Thomas Geha : Je travaille sur plein de choses. Trop, sans doute. Tout d’abord un thriller jeunesse, qui paraîtra vraisemblablement début 2014. Le roman s’appelle Cent Visages, avec un background légèrement dystopique. Je travaille aussi sur un post-apocalyptique intitulé [ré]visions apocalyptiques, sans doute mon projet le plus ambitieux, un patchwork de scénettes qui finiront par former un tout cohérent (du moins, je l’espère !). Pas de date de publication pour l’instant, je prends mon temps pour le construire et l’écrire. Pour les publications 2013, mon année commencera par une nouvelle commandée par le site Acta Est Fabula, pour leur nouveau webzine. Elle s’intitule "Je serai Joseph". Ceux qui ont apprécié "Copeaux" ou "Dans les jardins" dans mon recueil ne seront pas dépaysés. Ensuite, vers le mois de juin, l’association ImaJn’ère d’Angers publiera une anthologie post-apocalyptique dans le cadre de son festival annuel. Pour le coup, j’ai rassemblé une séquence complète de [ré]visions apocalyptiques et l’ai transformée en nouvelle ("Ciel bleu d’un hiver à jamais"). Sorte de teaser, quoi… En août, chez Rivière Blanche, éditeur auquel je suis très attaché, sortira un roman, Sous l’ombre des étoiles. Il s’agit d’un planet-opera dans l’univers de La guerre des chiffonneurs et des "Tiges". Ce roman est l’exact opposé des chiffonneurs. Pas du 100 % action mâtiné d’humour, plutôt un récit de voyage, assez calme, qui raconte une amitié inter-espèce, et traite de l’altérité, du déracinement. Pour le reste, le fanzine Géante Rouge, dirigé par Patrice Lajoye, me consacrera son numéro annuel. Outre le dossier/interview, il y aura une nouvelle, intitulée "Une île et quart sous la lune rouge". Enfin, je serai au sommaire, en fin d’année, d’une autre anthologie, mais je ne crois pas pouvoir encore en parler. Donc, wait and see. Il y aura sans doute d’autres surprises aussi, que ce soit sur support papier ou numérique.
 
 
Actusf : Quelles sont tes prochaines dédicaces ?
Thomas Geha : Une seule date, a priori, le festival ImaJn’ère à Angers. On pourra quand même me trouver aux Etonnants Voyageurs de St-Malo, même si j’y serai surtout en qualité de libraire. 

Jérôme Vincent