Les projets de vos auteurs : Thomas Day
de Thomas Day
aux éditions
Genre : Interview

Auteurs : Thomas Day
Date de parution : janvier 2013 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Thomas Day

Thomas Day fait le point sur son actualité en 2013.

Actusf : Quel bilan tires-tu en tant qu’auteur de 2012 ?
Thomas Day : Ca a été évidemment une année incroyable. Beaucoup de réactions sur Women in chains, des choses vraiment intéressantes, d’autres qui m’ont touché. Il y a aussi la parution Du sel sous les paupières qui a surpris mes lecteurs habituels et qui continue de surprendre. C’est là que je vois qu’en tant qu’auteur je me suis enfermé dans une cage "sexe+violence" dont je vais avoir bien du mal à sortir. Je voudrais bien y arriver pour que je puisse commencer à donner des trucs à lire à mes fils qui sont passionnés de bouquins.
J’ai très peu écrit en 2012 (Women in chains m’a durablement séché), je ne m’y suis remis qu’à la fin de l’année pour travailler sur mon recueil à venir au Bélial’ Sept secondes pour devenir un aigle. Là, je finis la dernière nouvelle "Mariposa" qui est un texte bizarre dans le sens où j’ai déjà publié (il y a quinze ans) un texte du même titre dont là je n’ai gardé qu’une des idées. J’ai aussi écrit une sorte de texte lovecraftien lorrain qui s’appelle "Forbach" et qui devrait paraître dans Bifrost.
Evidemment le gros truc de 2012, ça a été la scénarisation de la nouvelle série de BDs d’Olivier Ledroit, Wika, dont le premier tome (sur trois ou quatre) Wika et les fées noires est prévu pour la fin 2013. Oliver Ledroit et notre éditeur Jacques Collin m’ont beaucoup aidé à apprendre un nouveau métier (à 40 ans, c’est pas facile) : scénariste de BD. C’est une expérience qui m’a "retourné" et même si ma priorité va à Wika pour ces quatre prochaines années, je fourmille de projets BDs, d’idées dans ce champ.
 
 
Actusf : Sur quoi travailles-tu ? Quels sont tes projets ?
Thomas Day : Là je travaille pour Denoël. Beaucoup. Je ne compte pas mes heures.
Niveau écriture, je me mets un peu la pression sur "Mariposa", qui est vraiment un texte complexe à écrire (paradoxalement, j’espère qu’il sera très facile à lire, à l’exception des deux premières pages, disons étranges). Il y a beaucoup de travail de recherche sur la Seconde guerre mondiale du point de vue des Japonais, Magellan, Howard Hughes, la bataille de Guadalcanal...
Wika continue a me prendre beaucoup de temps, au fur et à mesure qu’Olivier Ledroit avance sur le tome 1, j’avance sur le scénar de la suite qui s’épaissit (3 tomes, ça va être dur, même s’ils font 64 pages chacun).
 
Pour les projets, c’est toujours la même chose : j’ai huit fers dans le feu, je ne sais pas encore lequel sera chauffé à blanc au printemps. Avant, il faut que je finisse "Mariposa", que je digère le recueil Sept secondes pour devenir un aigle. La voie du sabre 3, une courte fantasy kenyanne, un polar thaï, un roman apocalyptique africain... C’est sans doute un de ces trucs-là qui va émerger. Si je ne cite pas le "projet Dragons" au Bélial’, Olivier Girard va péter une durite (voire mes rotules). Mais là, j’ai surtout envie d’écrire des nouvelles, de la miniature comme "Shikata ga nai" qui est un des inédits de Sept secondes pour devenir un aigle.
 
 
Actusf : Quelles seront tes prochaines dédicaces et participation à des salons ?
Thomas Day : Rien de prévu en dehors du Festival International du film de Tours "Mauvais genres", 27 mars - 1er avril, où j’accompagne Glen Duncan qui sera juré. J’ai annulé mon séjour à Angoulême, finalement la BD de La Voie du sabre ne sort qu’en mars.

Jérôme Vincent