Les survivants des ténèbres
( Le Fulgur 2 )
de Dejan Nenadov et Christophe Bec
aux éditions Soleil ,
collection Fantastique
Genre : Aventure

Scénariste : Christophe Bec
Dessinateur : Dejan Nenadov
Date de parution : octobre 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 56
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Dejan Nenadov ou Christophe Bec

La quête de l’équipe du Fulgur tourne au cauchemar, et garder son sang-froid sera obligatoire pour espérer s’en sortir...

Scénariste, mais aussi dessinateur de BD très prolifique ces dernières années, Christophe Bec propose une production large et éclectique. Ces derniers mois, on a pu découvrir Le Fulgur, Prométhée, Carthago, Olympus Mons, Le monde perdu, ou encore Eternum. Il est aussi brillant dans ses productions personnelles que dans l’adaptation de certains romans.
 
Au niveau du dessin, on redécouvre Dejan Nenadov, dessinateur serbe, dont on connaît la production en France avec son travail sur Lignes de Front, et Ys la légende ainsi que Arcanes. 
 
Enfermés dans les sous-terrains. 
 
Alors qu’ils étaient en quête d’un trésor inestimable dans les profondeurs de l’océan, l’équipe du Fulgur, sous-marin révolutionnaire, s’est retrouvée dans une mer préhistorique enfermée dans une faille et des cavernes. 
 
L’exploration de ces lieux revêt un intérêt certain pour la science, notamment lors de la découverte de créatures normalement disparues. Mais faut-il encore pouvoir retrouver la surface pour montrer ces découvertes. Et dans ce cas, la survie ne tient qu’à un fil...
 
Une aventure oppressante ! 
 
Second tome de la trilogie Le Fulgur, adaptant le roman de Paul de Sémant, Les survivants des ténèbres est un album très dynamique, qui ne manque pas d’action ni d’intelligence. C’est un bel hommage aux romans d’aventure, qui n’est pas sans rappeler les oeuvres de Jules Verne ou d’Arthur Conan Doyle. Les personnages sont intéressants, les situations toujours très critiques mettent à mal la réflexion des personnages, mais le travail d’équipe finit par payer en associant les connaissances de chacun. On retrouve un registre délicieusement rétro, offrant un plaisir certain à plonger dans l’aventure au début du vingtième siècle. 
 
Les personnages sont convaincants, et les rapports entre eux nous rappellent aussi tous ces romans d’aventure que nous avons pu dévorer dans notre jeunesse, du brillant scientifique à l’aventurier aguerri, en passant par les plus novices. La survie est une histoire d’équipe et de solidarité, et on prend plaisir à les accompagner. 
 
L’ambiance est glauque, humide, angoissante, froide, et est parfaitement servie par le dessin ainsi que la mise en couleur. Le découpage est classique, maîtrisé, rendant la lecture aisée et dynamique. Le dessin colle parfaitement au côté rétro ; on saluera le travail sur les visages burinés par la vie sur certaines planches. 
 
Ce second tome convainc autant que le premier en somme. La suite et fin saura se faire attendre...

Bastien Roche