Magie et Sorcellerie
( Les Vagabonds du Rêve 3 )
de Sybille Marchetto
aux éditions Oxalis
Genre : Biographie

Auteurs : Antoine Lencou , Florent Calvez , Eric Boissau , Jean-Pierre Fontana , Philippe Heurtel , Malvert
Couverture : Stéphane Poinsot
Anthologiste : Sybille Marchetto
Date de parution : novembre 2001 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Anthologie
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Antoine Lencou ou Florent Calvez

Du bon boulot

Les éditions de l’Oxalis périnisent leur travail ! Nouvelle venue depuis quelques mois sur la scène de la science fiction française, cette petite structure présente sa troisième anthologie thématique en cette fin d’année. Le principe est simple : proposer tous les trois mois un recueil de nouvelles sur un thème bien précis. Evidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire pour un " petit " éditeur (terme à prendre avec circonspection). Mais Oxalis tient le coup et aborde 2002 sans sourciller avec ce troisième opus des Vagabonds du rêve. Tant mieux. On leur en souhaite encore de nombreux. Après " Les Femmes et l’imaginaire " et " Le Temps ", nous voici conviés à des histoires sur le thème " Magie et Sorcellerie ".

Pas de vedette...

Pas la peine de se pencher trop longtemps sur le sommaire, il ne contient pas d’auteurs véritablement connus. Seuls Jean-Pierre Fontana et Jean-Michel Calvez ont eu pour l’instant le plaisir de publier des livres aux éditions de L’Atalante pour l’un, du Fleuve noir pour l’autre. Leurs petits camarades ont seulement publié des nouvelles ici et là. Parmi eux Antoine Lencou par exemple, que l’on a pu lire dans les trois anthologies de Nestiveqnen Jour de l’An 1000, Jour de l’An 2000, Jour de l’An 3000.

Bref, les auteurs de ce numéro en sont encore plus ou moins à leurs débuts. Il faut donc une certaine curiosité pour aborder cette anthologie. Pour autant, les textes proposés ne sont pas forcément " moins bons " que ceux d’écrivains confirmés. Au contraire, il se dégage des Vagabonds du rêve l’impression d’un travail sérieux et d’une qualité homogène. Pour preuve il suffit par exemple de lire le texte La Fée de Londres de Philippe Heurtel (rédac’ chef du fanzine Marmite & Micro-onde) pour s’en convaincre. Sur le thème imposé, il a réussi à écrire une nouvelle à la fois tendre et cruelle dans le monde des jouets. Un petit bonheur qui met en scène une fée donnant vie à un robot pour réconforter une jeune fille en fauteuil roulant. Mais bien sûr, rien ne se passe comme prévu. Certes l’idée est relativement classique et ce n’est pas la première fois que l’on peut lire ce genre d’histoire mais ici c’est bien fait. Autre nouvelle remarquable, Malvert et son Hôte. Seul garde d’un poste frontière éloigné d’un royaume moyenâgeux, un homme assiste à une étrange scène. Plusieurs barbares poursuivent un cavalier. Notre héros ne peut s’empêcher de l’aider et briser ses 17 ans de solitude. Mais celui qui deviendra son Hôte est un personnage bizarre. Qui est-il ? Il faudra bien le découvrir… L’Hôte est un texte qui associe la fantasy au fantastique dans un mélange plutôt sympathique. En tout cas un auteur à découvrir.

Calvez et Boisseau

Les deux dernières nouvelles à retenir sont celles de Jean-Michel Calvez et d’Eric Boissau. Depuis quelques temps, le premier s’est lancé dans le fantastique avec bonheur. On a pu le voir au sommaire de plusieurs anthologie comme De minuit à minuit au Fleuve Noir. Ici il récidive avec ce qui pourrait être une histoire gentillette qui bascule dans le cauchemar. Apparemment, Monsieur Calvez prend plaisir à nous saisir d’effroi et à nous surprendre. Tant mieux. Eric Boissau a lui choisi le plus complet décalage sur le thème de la Magie. Pour une poignée de thuns surfe sur la mode des nains de jardin (ou plutôt de forêt) en nous contant la triste aventure du roi d’une peuplade Naine. Texte léger et drôle, il permet de passer un bon moment.

Bon vent !

Au final on retiendra le sérieux de la chose. Les éditions de L’Oxalis ont fait du bon travail pour ce numéro 3 des Vagabonds du rêve spécial Magie et Sorcellerie. Certes quelques nouvelles sont peut-être un peu " jeunes " mais le reste est fort honorable. D’ailleurs certains textes méritent vraiment qu’on s’y attarde. Cela mérite donc quelques encouragements et félicitations. Souhaitons maintenant qu’ils nous livrent encore de nombreux numéros de cette collection d’anthologies thématiques.

Jérôme Vincent