Mercenaires princiers
( Narvalo 1 )
de Erik Juszezak et Yann
aux éditions Dargaud
Genre : Fantastique

Scénariste : Yann
Dessinateur : Erik Juszezak
Couleurs : Jean-Jacques Chagnaud
Date de parution : août 2005 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Erik Juszezak ou Yann

Des débuts difficiles

Yann et Eric Juszezak ne sont pas de nouveaux venus en BD. Loin de là ! Il n’y a qu’à voir la bibliographie de Yann pour s’en convaincre : Spoon & White, Pin-up, Odilon Verjus, Lolo et Sucette, Les Innommables, Basil & Victoria, Les Eternels... Autant de séries qu’il a scénarisées et qui sont des succès. Eric Juszezak n’a lui non plus rien d’un débutant. On lui doit Oki, Souvenirs d’une jeune fille au pair, Pandora tome 5, Le Méridien des brumes et donc ce premier tome de Mercenaires princiers.

Un état sur l’océan

Narvalo est de retour en Bande dessinée. Dix ans après ses premiers exploits sous la plume de Yann, le voici parti pour une nouvelle mission A la tête d’un commando de mercenaires, il est chargé de la sécurité d’un micro état virtuel : le Zeeland, une plateforme perdue au milieu de l’océan. Cela pourrait être tranquille mais la tâche est complexe. Ce petit paradis fiscal n’est pas très bien vu des autorités des Pays-Bas...

Action, aventure et pas grand chose d’autres...

Si on peut se réjouir du retour de Narvalo, ce n’est pas tout à faire le cas en ce qui concerne la parution de ce premier tome de cette nouvelle série. On a le droit à de l’action mais finalement à pas grand chose d’autre. Le scénario est en effet plutôt maigre malgré quelques flash-back sur le passé du héros principal. Quant à l’environnement général, on est un peu incrédule surtout quand on se retrouve sur un gigantesque bateau exclusivement peuplé de lesbiennes... Bref, tout ça ne serait pas si grave si les couleurs n’étaient pas un peu ternes. Pour son retour, Narvalo nous propose une aventure pas très emballante.

Jérôme Vincent