Mini-interview de Jeanne-A Debats
de Jeanne A. Debats
aux éditions ActuSF
Genre : Anticipation

Auteurs : Jeanne A. Debats
Date de parution : 2010 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Jeanne A. Debats

Actusf : Comment est née l’idée de cette nouvelle ?
Jeanne A-Debats : Cette nouvelle s’inscrit en fait dans un univers né avec ma première nouvelle publiée l’Ogre de Ciment, chez actusf. J’ai écrit une demie douzaine de nouvelles (non publiées) dans cet univers-là, que j’appelle pour l’instant Royaume 93. J’y pars du principe que la magie, les êtres magiques, sont accessibles à ceux qui font partie du Royaume et seulement ceux-là, mais que le Royaume est accueillant et doit l’être, qu’il doit s’ouvrir, changer, pour survivre, pour grandir. Bref en cette époque où les banlieues et surtout leurs habitants venus d’ailleurs sont trop souvent stigmatisés, quand ils ne sont pas abandonnés à eux-mêmes, je raconte la magie de l’intégration.
 Alphonse apparait en guest star déjà dans une de ces nouvelles, de même que Tafa, Céline et Déborah. On y retrouve aussi la Yasmin de l’Ogre de ciment, bien des années plus tard. Le cycle suit une ligne temporelle linéaire qui part de l’Ogre de Ciment jusqu’au vingt-deuxième siècle où il rencontre la science-fiction^^. Le "sceau d’Alphonse" se situe à peu près au milieu de cette ligne.
 
J’ai vécu à Montreuil et enseigné dans le 93 presque toute ma vie de professeur. Les dernières années, j’allais dans le café d’Alphonse où Driss le "vrai" patron du "vrai" café, décrit dans "le sceau" gardait mon fils, jeune autiste très instable, et le laissait jouer avec sa caisse pour que j’ai enfin un peu de paix à boire mon café et fumer ma clope. Après cinq minutes, il y avait des pièces partout dans le bar et Driss se contentait de rire comme un perdu.
Une fois, mon fils s’est blessé en jouant dans sa chambre, j’étais seule et je ne réussissais pas à le calmer, j’ai appelé chez Driss. Tout de suite, un des habitués, le modèle d’Alphonse en fait, est monté m’aider. Dans un café voisin que je fréquentais aussi, le patron nourrissait ses clients quand ils avaient des difficultés d’argent, notamment une jeune mère handicapée et son gamin qui ont mangé gratos comme ça pendant des mois, le temps que la sécu accepte de lui verser ses indemnités. C’était ça, la vie à Montreuil, pas l’enfer décrit dans les médias (enfin si, aussi, mais pas sur les points où elles achoppent.)
Voilà, c’est de là que vient le "Sceau".
 
Actusf : Comment la présenteriez-vous ?
Jeanne A-Debats : Tous font partie du Royaume, et, tous, ils sont source de sa magie.

Actusf : Quels sont vos projets ?
Jeanne A-Debats : Le 28 janvier, la toute nouvelle collection Mini-soon qui s’est donné pour tâche de rendre accessibles aux plus petits (8/9 ans) les grands thèmes de la SF sort ses six premiers mini volumes. Le mien, "L’Enfant-satellite" (thème : la science folle) aura d’illustres voisins : Ange avec"le Très grand Vaisseau" (thème : l’arche stellaire), Carina Rosenfeld avec "A la Poursuite des Humutes" (thème : les mutants), Claire Gratias avec "Opération Maurice" (thème : le voyage dans le temps) et Eric Simard avec "Robot mais pas trop" (thème : les robots) ainsi que "l’Enfaon" (thème : les expériences génétiques).
C’est un projet très sympa auquel j’ai été enchantée de participer : je crois que la sf c’est comme le violon, on doit commencer le plus tôt possible ( bref tomber dans la marmite) et il y avait très peu (voire aucun) de textes destinés au primaire. J’espère que cela portera ses fruits.

Là, en ce moment, je travaille avec Denis Guiot sur mon prochain Soon : La ballade de Trash (titre provisoire) . Ce roman rejoint un peu les thèmes que je développe pour les adultes dans Royaume 93, mais Trash, c’est de la pure science-fiction, en rupture complète avec mon précédent Soon. "Eden en sursis" était un hommage optimiste à ceux qui m’ont fait connaître et aimer la SF, Trash est tout différent : les vaisseaux spatiaux n’ont pas pu décoller, l’humanité est clouée à terre au milieu du gâchis qu’elle a créé et ne peut y échapper ; c’est un thriller aussi, très noir, très pessimiste, même s’il a l’air de "bien finir". Le roman devrait paraître fin mai, si tout va bien et si nous ne sommes pas tous morts de la peste du hamster jovial d’ici là.

Bien, ça c’était pour ma production jeunesse.

Enfin, et pour le second semestre 2010, chez L’Atalante dans la collection "la Dentelle du Cygne", il y aura "Plagueurs", un roman adulte de sf "pré post-apo" (Comme d’ailleurs Trash) qui se passe dans un univers "parallèle", on peut dire, à celui de "Trash", moins noir paradoxalement peut-être, quoique... j’y aborde des thèmes qui me sont chers : le devenir des banlieues, le racisme, la transformation, l’identité notamment sexuelle et... surprise... l’écologie ! ^^
Je tiens beaucoup à ce projet, initié avec Hélène Ramdani au défunt Navire en Pleine Ville, mais que Mireille Rivalland m’a donné l’occasion de développer au-delà de ce que j’en avais espéré, "Plaguers", c’est MA sf.

Jérôme Vincent