Mission M’Other
de Melan n et Pierre Bordage
aux éditions Soleil ,
collection Snoop Book
Genre : SF

Auteurs : Melan n

Scénariste : Pierre Bordage
Illustrations : Philippe Coriat
Date de parution : août 2011 Inédit
Langue d'origine : Franšais
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 208
Age minimum : 12 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Melan n ou Pierre Bordage

Une sÚrie novatrice Ó dÚcouvrir !

Le SnOOp bOOk reprend le concept déjà testé dans la série Cathy’s book : écrit à la manière d’un carnet de bord, le livre est accompagné d’indices et de matériel qui permettent une immersion plus grande dans l’histoire. La différence se situe dans la façon d’appréhender le récit : on peut le découvrir de deux façons, en décachetant la dernière partie du texte, et commencer par la conclusion, ou le lire de manière classique.

Trois ouvrages débutent cette série, chacun dans un univers différent : le monde de la musique avec Chloé and the dark light, celui des geek avec Geek battle. Mission M’other touche quant à lui à la science-fiction. Il est écrit en collaboration par Pierre Bordage, qu’on ne présente plus, et Melanÿn, que l’on connaît pour sa participation avec Christophe Arleston sur des albums du monde de Troy. Ils sont accompagnés pour les illustrations par Philippe Coriat.

Une jeune fille seule

Lia, 15 ans, est la seule survivante de la Mission M’other. De retour sur Terre, elle découvre que toute la population semble avoir disparu. Elle entame un long voyage pour comprendre ce qui s’est passé, amassant dans son journal de bord tous les indices qu’elle trouve. Lui permettront-ils de découvrir ce qui est arrivé à l’humanité ?

Un concept original et immersif

Le présent ouvrage se présente comme un récit à la première personne : on découvre avec la narratrice une terre dévastée et on suit ses pérégrinations. Le récit est fluide, bien découpé, et se lit d’une traite. Les interrogations de l’héroïne deviennent celles du lecteur, et il est difficile de quitter ce roman, une fois commencé. La différence avec un ouvrage classique se situe dans les divers éléments qui accompagnent la lecture : le tout vient donner un côté immersif à l’aventure, et permet de visualiser sans peine l’action. Les illustrations, les indices (photos, extraits d’articles de journaux, cartes…) apportent un cachet supplémentaire à l’histoire, en donnant vie à ce monde post-apocalyptique, dans une terre désertée par ses habitants.

On notera aussi que le roman se suffit à lui-même : la lecture n’est pas interrompue par des indices en dehors du roman, comme c’est le cas pour Cathy’s book, avec les numéros de téléphone, ou encore la série de thriller Level 26, où les vidéos à consulter viennent parasiter le texte. Les différents indices et illustrations apportent un véritable plus au récit, en l’accompagnant sans jamais l’interrompre.
 
Cette série amène un nouveau rapport au texte, avec une participation accrue du lecteur au récit. Une excellente initiative, dans un roman dynamique et interactif, qu’on peut lire de différentes façons. Une belle réussite !
 

Tony Sanchez