Mission zinzinpossible
( 5 )
de Bruno Madaule et Jacky Goupil
aux éditions Casterman
Genre : Humour

Scénariste : Jacky Goupil
Dessinateur : Bruno Madaule
Date de parution : janvier 2005 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Bruno Madaule ou Jacky Goupil

"Rien n’est Mission Zinzinpossible pour les ZinZins !"

Zincroyable, Les ZinZin’venteurs sont de retour avec un zinquième tome, Mission Zinzinpossible. Total zinglés, premier titre de la zérie, avait reçu le Prix Alph-ArtJeunesse 7-8 ans au Festival d’Angoulême en 2002. Le trio Goupil, Douyé et Madaule est donc de retour pour nous faire vivre de nouvelles péripéties d’Archi, Mary et Albert, trois zinventeurs en herbe qui passent leur temps à créer des zinventions plus saugrenues les unes que les autres.

Sylvia Douyé, zientifique et journaliste, et Jacky Goupil, éditeur de BD, directeur de nombreuses collections, et scénariste des séries L’Épée de cristal (avec Crisse), Nelson et Trafalgar (avec Prugne), scénarisent en duo ces courtes histoires humoristiques. Bruno Madaule qui a remporté le concours de BEDEBU en Belgique et qui a été nominé à l’exposition Jeunes talents à Angoulême en 2001, est, quant à lui, aux dessins pour faire vivre les gags des zinzin’venteurs.

Quand invention rime avec gag

Une fois de plus Albert, Archi et Mary vont tester leurs inventions ou leurs zupers zidées en tout genre. Attention, ça s’annonce plutôt gaguesque : de l’aspirine pour faire mousser le bain, une machine à fabriquer des tartes sucrées qui donne des tartes d’un autre genre, un chien pour passer la serpillière et laver le sol tout en s’amusant, un trampoline méga-puissant, des rollers-boosters, la photocopieuse à fabriquer des avions en papier... Autant de trouvailles qui risquent de provoquer la pagaille.

Essoufflement ?

Avec ce cinquième tome, ce qu’on craignait un peu, malheureusement, se produit : les gags s’essoufflent. Dommage, car dans le tome précédent, ce n’était pas le cas, bien au contraire. Peut-être s’agit-il juste d’une mauvaise passe... Là où les histoires pêchent un peu, c’est dans les chutes prévisibles et surtout la répétition de jeux de mots. Si au début, cela fait sourire, au bout de trois, quatre planches, le lecteur finit par se lasser. Dommage... Mais peut-être dans le prochain tome, le duo Goupil/Douyé retrouvera l’inspiration humoristique des premiers volumes, en tout cas, on le leur souhaite.

Laure Ricote

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.