Moi, Simon 16 ans, Homo Sapiens
de Becky Albertalli
aux éditions Livre de Poche ,
collection Livre de poche Jeunesse
Genre : Littérature générale
Sous-genres :
  • Sexualité

Auteurs : Becky Albertalli
Couverture : Chris Bilheimer
Traduction : Mathilde Tamae-Bouhon
Date de parution : avril 2017 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 352
Age minimum : 12 ans
Titre en vo : Simon vs the Homo Sapiens Agenda

Lire tous les articles concernant Becky Albertalli

La chronique écrite de Margot, 15 ans.

L’auteure

Becky Albertalli a d’abord obtenu un doctorat de psychologie avant de se consacrer à l’écriture. Ce roman est le premier de cette auteure américaine.

L’histoire

Simon est un lycéen apprécié, entouré de proches amis et d’une famille aimante. Pourtant, il leur cache un secret. Un secret qu’il partage avec un garçon de son lycée : leur relation virtuelle, dans laquelle aucun des deux ne connaît la véritable identité de l’autre

Cette relation épistolaire est un jour mise en danger : son secret est découvert et on menace de le dévoiler. Malgré ce que le chantage imposé implique, Simon préfère préserver cette idylle, grâce à laquelle il se trouve et devient lui-même.
 
Au cours de l’année, Simon désire de plus en plus s’affirmer et rencontrer ce garçon pour qui il éprouve de réels sentiments...

Mon avis

J’ai adoré ce roman. Il aborde en toute normalité l’homosexualité, comme si c’était devenu courant de la trouver en littérature pour adolescents, et j’ai trouvé ça génial. Le message est clair : c’est une histoire d’amour comme une autre.
 
Ce roman mêle amitié, famille, amour, lycée et théâtre en un tout très complet et censé, qui s’essouffle un peu au milieu mais repart aussitôt de plus belle. Il est original, j’aime l’idée de correspondre à un inconnu en toute confiance, de se trouver un confident fidèle, avec une aura de mystère autour, d’intrépidité aussi.
 
Ce roman est surtout extrêmement bien mené. J’ai eu un coup de foudre pour l’écriture. Elle est vraiment parfaite pour cette histoire, très entraînante et recherchée, elle sait mettre les mots sur les choses. Elle est fluide et drôle, légère mais sérieuse quand il le faut. Très subtile, elle fait parfois une gymnastique avec des allusions pas toujours évidentes. Elle nous plonge dans la peau de ces personnages attachants et très construits, particulièrement complets et humains. Leurs émotions n’ont aucun secret pour nous, nous les vivons à parts entières à leurs côtés, on se sent très concernés.
 
C’est donc un premier roman très réussi pour cette auteure prometteuse, que je suivrai avec plaisir. Il faut le lire, il est drôle, addictif et très émouvant. Et quel magnifique final !
 

Marc Alotton


chroniqueur(se) ado.