Mytophages
( 1 )
de Léa Silhol
aux éditions L’Oxymore
Genre : Fantastique

Auteurs : Léa Silhol , Karim Berrouka , Michelle West , Léo Henry , Luvan , Lelio , Jérôme Noirez , Gary A. Braunbeck
Couverture : Christopher Shy
Anthologiste : Léa Silhol
Date de parution : octobre 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Anthologie
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Léa Silhol ou Karim Berrouka

Un festin de rois et de dieux

Pour ce 5ème tome de la collection Emblemythiques qu’elle dirige, Lea Silhol revient à la source. Elle a convié les auteurs au banquet des dieux pour qu’ils s’enivrent de l’ambroisie dont les hommes ont tiré après distillation, filtrage et mélange leurs récits fondateurs.

Les héros ont la parole


En attendant qu’il meure reflète les débats intérieurs d’une Walkyrie qui suit la carrière d’un valeureux guerrier qu’elle est chargée d’escorter à Valhalla quand son temps sera venu.
Celles qui marchent dans l’ombre traquent impitoyablement Oreste. Dans sa fuite, il croisera Œdipe et sa fille, de nombreuses guerres mais jamais l’apaisement. Il rapporte son calvaire dans un style à la fois lyrique et saccadé qui s’achèvera dans un apaisement ambigu.
Le chemin qui mène à Tsoar a des accents de berceuse chantée par une grande sœur à sa cadette pour endormir son chagrin et sa culpabilité pour la rassurer sur Ses agissements, chaque couplet récapitule un châtiment divin.

Les mythes à la sauce d’aujourd’hui

Jerôme Noirez dans s’amuse avec les codes du manga. La déesse de trois ans dans un de ses nombreux caprices menace de transformer son tanuki (chien blaireau) en théière ou de le priver de saké. Quand elle boude et reste cloîtrée, elle plonge son entourage dans la perplexité et le reste du monde dans les ténèbres.
Sous la plume de Léo Henry, Krishna Vishnu trouble une serveuse de fast-food avant de charmer par sa flûte Kalia le serpent monstrueux et de le vaincre une énième fois. Malgré le décor moderne, l’auteur a conservé un style de récit traditionnel comme pour insister sur la répétition éternelle de cet affrontement.
Dans Panthéon SA, la plupart des dieux sont sous sédatifs enfermés dans des frigos. Seth s’échappe des sous-sols. Horus devenu Horace Postarius, directeur d’une des plus puissantes multimondiales le met au parfum des nouvelles règles : OPA, malversations et espionnage industriel.
Caniculaire, rythmé par des ruptures stylistiques vibre comme une mélopée dédiée aux affres de l’amour. Dans un hôtel de Marseille, Fimbulwetr et Eros partage une chambre gratuitement grâce à Prun,e la réceptionniste. Eros apporte ses offrandes sur les quais à Thalie une servante de sa mère. Celle-ci ne laisse pas la situation lui échapper : elle lance Euphrosine aux trousses des fugitifs.
Une justice silencieuse de Michelle West a fait de la Reine du Paradis, partie de l’Olympe à la suite de son fils handicapé le forgeron et de sa femme, une découpeuse de verre qui accomplit sa vaisselle comme un rituel. Dans ce monde exigu son ex-mari est devenu un beau gosse violeur en série.
Kevin James Miller transpose le mythe arthurien dans une société surmédiatisée pendant le règne de la télé-réalité. Les tournois et autres joutes se déroulent dans des tchat, des talk-shows et la geste arthurienne tourne au soap opera totalement délirant. La parodie est exagérée jusqu’à l’absurde et perd dans cette démesure sa force subversive.

Transposition inédites


Nourri de textes mythologiques et de sagas, Genesis revisite la Deuxième guerre mondiale. Klaus est soudain propulsé des affres de la passion de ses amis et de son adaptation germanique du mythe romain de Tarpeia à un cataclysme déclenché par les dieux. La bibliothécaire aveugle Sybille et Sandra la prostituée visionnaire l’en avaient pourtant averti. Gullveig, l’équivalent nordique de Tarpeia incarné dans une demi-mondaine, s’empare du pouvoir reléguant Guide au rôle de pantin et crée une version de Golem pour affronter Ishtar.
La blessure de sa création narre la tentation de Lilith. Un ange la visite pour la convaincre de revenir vers Dieu pour mettre fin à la haine des hommes et à l’horrible cycle qui nourrit le Chacal chaque nuit Lilith accouche de centaines d’enfants elle profite de leur labeur puis leur arrache le cœur. Le tentateur sera tenté…
John Henry, le héros de Fil d’Argent, Chant du Marteau, enfonceur d’acier hors pair sur le chantier du chemin de fer, est choisi comme champion par le grand patron, Monsieur Dédale pour terrasser la créature de Minos et délivrer Icare de l’enfer.
Le troisième chant met en scène un Orphée perdu qui partage le feu d’une vieille. En échange, il lui offre bois ou gibier et face à ses refus finit par lui proposer un chant. Elle accepte mais réclame trois chants, un pour chacun de ses aspects puisqu’elle est Hécate.
Contrairement à la Parole du Livre, l’Arche de Noé a fait naufrage et Noé dérive affamé sur un radeau, accoste à Skagerrak et se retrouve mêlé au Ragnarrök. Dans la Nuit de Skagerrak, des mythes de traditions différentes (hindoue, biblique, nordique) se superposent et se fondent.

Des figures inattendues

Blodeuedd, la Fille Fleur, est née de cinquante-neuf fleurs. Son bonheur se flétrit subitement quand un inconnu prétend l’épouser. La fiancée se fait la belle pour rejoindre les siens.
Dans la nouvelle de Michel Calonne, Les Eternels, des êtres immobiles, statues figées partagent l’existence des hommes mais sonder leur mémoire pourrait s’avérer fatal pour l’esprit humain. Les Immortels ont-ils conscience des hommes, pourraient-ils leur survivre ?

Des morceaux de choix

Son introduction donne le ton : Léa Silhol est une inconditionnelle des mythes qui ont inspiré une grande partie de ses livres. Elle a donc dû faire preuve d’une grande exigence pour sélectionner les nouvelles. On déplorera juste que certaines mythologies (amérindiennes, précolombiennes, africaines entre autres) ne figurent pas au sommaire ; peut-être est-ce dû en partie à la limitation du champ d’investigation à la littérature anglophone et francophone.
Les dessins de Frédérique Berthon se déroulent tel un fil d’Ariane dont on palperait des morceaux finement tressés et rassurants à chaque intersection. Son univers très gothique peine parfois à s’ouvrir à des ambiances différentes.
Les mythes ont été forgés pour éduquer et édifier l’homme, mais aussi, les aèdes contemporains rassemblés dans ce recueil le prouvent, pour les séduire.

Nathalie Ruas