Nausicaa forever
( 1 )
de Serge Quadruppani
aux éditions du Rocher ,
collection Novella SF
Genre : SF
Sous-genres :
  • Politique fiction

Auteurs : Serge Quadruppani
Couverture : Thierry Dubreil
Date de parution : avril 2005 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 140
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Serge Quadruppani

Un court roman qui aurait sans doute mérité un peu plus de pages

Traducteur, directeur de collection chez Métaillié, anthologiste, écrivain de polar... A 53 ans, Serge Quadruppani maîtrise à peu près tous les métiers de la littérature. C’est à peine si l’on est surpris de le voir débarquer en SF le temps d’un titre dans la toute jeune collection Novella SF aux éditions du Rocher. Bienvenue dans un futur proche, très proche.

Sauvage

Nausicaa est une jeune fille sauvage qui navigue perpétuellement entre rêve et réalité. Est-elle une tueuse redoutable que l’on charge de braquer un convoi d’or dans un monde où le capitalisme est en voie de disparition ? Ou est-elle simplement une paumée de la vie recueillie par une responsable de la Croix Rouge qui soigne les malheurs du monde comme elle peut ? Quelle est la part de fantasme ? Et bon sang, que vient faire l’auteur en plein milieu de son récit ?

Joyeux foutoir...

Avec cette anticipation, Serge Quadruppani pratique un exercice devenu rare : prendre le lecteur en permanence à contre-pied. Résultat : on ne sait jamais si l’héroïne est dans la réalité ou dans son imaginaire. On est même parfois franchement perdu avec toutefois la sensation que l’auteur s’amuse, lui, comme un petit fou. Surtout quand, pendant une scène un peu chaude, il n’hésite pas à faire descendre son narrateur dans le récit ! Le résultat n’est pas désagréable mais Nausicaa Forever aurait sans doute pris une autre dimension avec un peu plus de pages à lire. En tout cas, nous, lecteurs, aurions sans doute pu espérer des clefs supplémentaires pour comprendre le récit. Car si finalement ce n’est pas désagréable, on ressort de ce roman avec l’impression de ne pas avoir compris grand chose. En tout cas de n’avoir aucune certitude.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.