Nous allons tous très bien, merci
de Daryl Gregory
aux éditions Pocket ,
collection Fantasy
Genre : Fantastique

Auteurs : Daryl Gregory
Traduction : Laurent Philibert-Caillat
Date de parution : septembre 2017 Réédition
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 192
Titre en vo : We Are All Completely Fine
Parution en vo : 2014
Première parution : août 2015


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Daryl Gregory

Peut-on vivre en ayant survécu à l’horreur ?

Daryl Gregory est né en 1965. Scénariste de comics reconnu, il publie en 2008 son premier roman, Pandemonium, récompensé du prix Crawford. On le connaît en France pour L’Éducation de Stony Mayhall et Afterparty, notamment. Nous allons tous très bien, merci a été publié au Bélial en 2015, et cette version poche est une bonne occasion de découvrir ce roman !

Un groupe de parole singulier

Plusieurs victimes d’atrocités forment un groupe de parole animé par le docteur Jan Sayer. Il y a Harrison, qui adolescent a dû affronter de terribles monstres, et dont l’histoire a inspiré des romans ; Stan lui a survécu à une famille cannibale ; Barbara a croisé la route d’un tueur en série ; Greta a des symboles gravés sur tout le corps et Martin ne quitte pas ses lunettes de réalité virtuelle.

Ils ont tous vécu une expérience effroyable et tentent de se reconstruire. Mais est-ce seulement possible ?

Une thérapie pour affronter ses peurs

La plupart des romans et films d’horreur prennent en compte et décrivent une catastrophe ou une tragédie au moment où elles surviennent : Daryl Gregory prend le contrepied en s’intéressant aux survivants, et à la façon dont ils essaient de continuer à vivre malgré leurs traumatismes. Le procédé est original et particulièrement bien traité au travers d’un récit qui dévoile les histoires de chacun des protagonistes, dont le passé forme le fil conducteur d’une intrigue très astucieuse.

Si le texte est court, l’auteur parvient en peu de pages à dresser une belle galerie de personnages fouillés, profondément humains et touchants. L’horreur de ce qu’ils ont vécu a d’ailleurs d’autant plus d’impact qu’elle reste suggérée : Daryl Gregory ne joue pas dans la cour du gore et de l’outrance, mais sur les codes du fantastique, qu’il maîtrise parfaitement. La tension est ainsi palpable dès le début du récit se maintient jusqu’au bout, difficile de lâcher l’ouvrage une fois commencé !

Nous allons tous très bien, merci est au final une petite merveille d’intelligence efficace et rythmée. Que demander de plus ? 

Tony Sanchez

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.