Oblivion Song - Tome 1
( Oblivion Song 1 )
de Lorenzo De Felici et Robert Kirkman
aux éditions Delcourt
Genre : Fantastique

Scénariste : Robert Kirkman
Dessinateur : Lorenzo De Felici
Couleurs : Annalisa Leoni
Traduction : Lucille Calame
Date de parution : mars 2018 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 160
Titre en vo : Oblivion Song
Cycle en vo : Oblivion Song
Parution en vo : mars 2018

Lire tous les articles concernant Lorenzo De Felici ou Robert Kirkman

Introduction dans un univers fantastique.

Robert Kirkman est né en 1978 aux Etats-Unis, connu avant tout pour la série The Walking Dead pour laquelle il a remporté le prix Eisner Award de la meilleure série à suivre et le prix Harvey de la meilleure série et du meilleur scénariste. Série adaptée pour la télévision qu’on ne présente plus et qui a probablement autant d’engouement que le comics. Il est d’ailleurs totalement impliqué dans ce projet puisqu’il le producteur exécutif et scénariste. Il est également scénariste d’autres séries de comics dont Battle Pope, Invincible, Le Maître Voleur, Les Gardiens du Globe, Tech Jacket et Outcast

Lorenzo De Felici est né en 1983 à Frascati en Italie. Après un cursus "scénario pour cinéma et télévision" à Rome, il s’oriente vers la bande dessinée et poursuit sa formation à la Scuola Romana Dei Fumetti où il obtient son diplôme en 2006. Il débute en réalisant les couvertures de Lukas, Caravan et la série Orfani. Il met en couleur trois couvertures d’Amazing Spider-Man chez Marvel Comics et se lance en 2011 comme dessinateur avec Drakka et Alix et Arsénou à Rome, scénarisés par Brrémaud. En 2015, il s’engage dans le projet Infinity 8 en compagnie de Lewis Trondheim, Davy Mourier et Olivier Vatine. 

Un peu de fantastique, d’étrange et de savants fous

Le pitch commence ainsi : Il y a 10 ans, 300 000 habitants de Philadelphie ont disparu et ont été happés dans une autre dimension appelée Oblivion. Le scientifique Nathan Cole et son équipe ont mis au point une technologie qui leur permet de rejoindre cette dimension et de tenter de retrouver des survivants coincés dans cet enfer peuplé de monstres effrayants.

Le premier tome d’une série qui s’annonce dense

Bien sûr, Robert Kirkman on l’attendait au tournant, on fixe la barre haut quant à nos attentes sur cette série. La première impression c’est que ce premier tome plante le décor d’une trame complexe, autant sur les raisons de cette catastrophe que sur toutes les relations entre les protagonistes. J’ai dû m’y reprendre à deux fois avant de tout resituer, car ce n’est pas vraiment évident après une première lecture. C’est bizarre, on se pose beaucoup de questions. Qu’est-ce que la transférence ? Pourquoi ces monstres ? Pourquoi le titre "Oblivion Song " ?

Robert Kirkman, assisté de Lorenzo De Felici et ses graphismes très intéressants nous ouvre une porte vers un univers sans zombies, mais avec de quoi faire un peu peur quand même. C’est intrigant mais je ne peux pas dire que j’ai été littéralement éblouie par ce premier tome. Je comprends l’intérêt de laisser des choses en suspens et d’appâter le chaland, mais je trouve que ça fait trop d’un coup.

A l’image de l’obstination de Cole à retrouver son frère, qui (attention spoiler) le retrouve bien entendu au beau milieu de cette jungle minée par les monstres. Des évidences qui me laissent circonspecte, mais admettons. De toutes les façons le tome s’est achevé par un "la suite au tome 2" les réponses tarderont à venir, certes, mais pourquoi pas, il y a des monstres et un peu de post-apo, du coup c’est tout de même assez prometteur. 

Salomé Lelièvre