Opération Ruthless
( L'Idole et le fléau 2 )
de Igor Kordey et Laurent-Frédéric Bollée
aux éditions 12 bis
Genre : Anticipation
Sous-genres :
  • Fantastique
  • pré apocalyptique

Scénariste : Laurent-Frédéric Bollée
Dessinateur : Igor Kordey
Couleurs : Ive Svorcina
Date de parution : avril 2010 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 56
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Igor Kordey ou Laurent-Frédéric Bollée

L’humanité continue de se diriger vers son extinction

Laurent-Frédéric Bollée, scénariste de bandes dessinées depuis près de vingt ans (Apocalypse mania, L’Ultime chimère), et Igor Kordey, dessinateur tout aussi réputé, notamment en matière de comics, se réunissent à nouveau pour poursuivre la série L’Idole et le fléau, débutée l’an dernier. Ils ont seulement changé d’acolyte, puisque c’est Ive Svorcina, un jeune coloriste, qui remplace Len O’Grady.

Mais où en étions-nous à la fin du premier tome ?

Le monde est la proie du syndrome 6/3/27, virus tuant tous les enfants âgés de 6 ans, 3 mois et 27 jours. La natalité est tombée à zéro et l’avenir de l’humanité est bien sombre. Les quatre plus jeunes représentants de notre espèce sont devenus des demi-dieux et leurs paroles valent de l’or.
C’est toutefois principalement pendant la Seconde Guerre Mondiale que nous emmène Opération Ruthless, au côté d’Alan Turing, de Ian Fleming, et dans les années soixante-dix, à la rencontre de Carl Sagan et de l’être qu’Hitler et ses sbires ont fait s’incarner au cours d’une messe noire en 1935. Le lecteur va enfin mieux comprendre les origines du syndrome...

Un album qui donne envie de poursuivre

L’Idole et le fléau, prévue en quatre épisodes, est une série qui décrit le cheminement de l’humanité vers son extinction. Le fléau à l’origine de cette fin annoncée de l’homme est un virus qui tue les enfants, mais, comme on le découvre dans Operation Ruthless, rend également les femmes stériles. Encore plus que Syndrome 6/3/27, le premier tome de la série, il apparaît dans Operation Ruthless que Bollée reprend le thème déjà exploité par P.D. James dans Les Fils de l’homme.
Toutefois, dans L’Idole et le fléau, l’apparition du virus stérilisant n’est pas d’origine biologique, mais plutôt paranormale, comme le lecteur pouvait s’en douter grâce aux premières planches du premier épisode de la série. Ainsi, dans ce second tome, le récit fait la bascule entre le XXIème siècle et la Seconde Guerre Mondiale, permettant au lecteur de voir John Greene avancer dans son enquête sur l’attentat d’Adelaïde tout en découvrant l’origine du fléau.

Ce deuxième album remplit donc son office : faire avancer l’histoire. Le lecteur tiquera toutefois peut-être encore sur les dessins, qui ne sont pas excellents. Néanmoins, Igor Kordey s’en sort mieux au niveau des personnages et des expressions des visages que dans le tome précédent. Le travail d’Ive Svorcina est peut-être également à la source de cette amélioration du graphisme, puisqu’il appose des couleurs plus nuancées, moins clinquantes, et parce qu’il réussit à donner une petite ambiance surannée – dans le bon sens du terme – aux planches illustrant les scènes se déroulant dans les années quarante.

Operation Ruthless possède donc tout ce qu’il faut pour satisfaire le lecteur, qui ne refusera pas de lire le tome trois lorsque celui-ci paraîtra.

Stéphane Gourjault

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.