Passé décomposé
( Walking Dead 1 )
de Charlie Adlard et Tony Moore
aux éditions Delcourt ,
collection Contrebande
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Zombies

Scénariste : Robert Kirkman
Dessinateur : Charlie Adlard
Traduction : Edmond Tourriol
Date de parution : janvier 2015 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 142
Age minimum : 13 ans
Titre en vo : The Walking Dead 1-6
Parution en vo : 2004

Lire tous les articles concernant Charlie Adlard ou Tony Moore

La chronique écrite d’Adrien, 10 ans.

Les auteurs

Robert Kirkman est un scénariste américain qui a d’abord écrit la série comics « Battle Pope », puis « Brit », avant de signer les séries cultes « Invincible » et « The Walking Dead ». Cette dernière série de BD a connu un succès mondial, avant d’être reprise en série télé et de connaître un nouveau succès mondial.
 
Tony Moore a dessiné toutes les séries de Robert Kirkman, mais également « Les Exterminateurs » (« Bug Brothers ») ou d’autres séries chez Marvel (Spider-Man, Marvel Saga,…).

Charlie Adlard est un dessinateur assistant de Tony Moore.
 
L’histoire
 
Après avoir été touché par une balle, le policier Rick entre dans le coma. Il revient à lui dans un hôpital. Il pense être seul, mais en explorant le bâtiment, il découvre des zombies dans la cafétéria. Il sort en courant et trouve refuge chez un survivant retranché près de chez lui, Morgan Jones.

Une catastrophe est arrivée et peu d’humains semblent avoir échappé à la transformation en mort-vivant. Rick part dans la ville d’Atlanta pour rejoindre sa famille, sans savoir si elle a pu survivre à l’invasion des zombies. La ville est infestée. Un certain Glenn, membre d’un clan de rescapés, lui sauve la vie en l’aidant à s’enfuir par les toits.
 
Mon avis
 
J’aime ce comics d’horreur noir et blanc. Les dessins sont réalistes et agréables à regarder. J’aime bien le grand dessin avec Rick à cheval, seul, sur l’autoroute menant à Atlanta. Les zombies sont bien faits, mais ils ne font pas trop peur.
Les relations entre les personnages sont réalistes. Tout est fait comme si vraiment tout le monde, sauf quelques survivants, avait été transformé en zombie. Une simple morsure vous transforme en mort-vivant, après plusieurs jours.

L’idée n’est pas très originale, mais elle est bien utilisée. Ce n’est pas la première histoire de zombie (comme dans « Je suis une légende » de Richard Matheson, où le héros se retrouve seul à New York face à des zombies qui ne supportent pas la lumière ou encore dans « Extinction point » de Paul Antony Jones, où des extra-terrestres transforment les humains en zombies). Le scénariste, Robert Kirkman, en a fait quelque chose de très intéressant, plein de suspense et de rebondissements. On se demande ce que l’on ferait à la place des personnages, si tout s’effondrait autour de nous.

Le scénario de la bande dessinée est différent de la série télé, adaptée ensuite par Robert Kirkman, qui connaît un grand succès en ce moment (5 saisons ont été diffusées). Dans la BD, on ne voit pas certains personnages (Daryl et Merle) ou certaines scènes (Erick réfugié dans un char abandonné, le magasin d’Atlanta encerclé par les zombies, Merle attaché en haut d’un immeuble, …). Le scénario de la série télé a été remanié pour durer plus longtemps (une saison de série de 6 à 16 épisodes pour un comics de 142 pages).

Attention : Les images sont moins violentes que dans la série. Si on aime les histoires de zombies, on peut lire la BD à partir de 10-11 ans, mais la série télé, elle, est plutôt pour les plus grands, à partir de 12-13 ans.



 

Adrien Nottola


chroniqueur(se) ado.

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.