Paul le Prophète
( Légendes de Dune 1 )
de Kevin J. Anderson et Brian Herbert
aux éditions Pocket ,
collection S-F
Genre : SF

Auteurs : Kevin J. Anderson , Brian Herbert
Traduction : Patrick Dusoulier
Date de parution : mai 2013 Réédition
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 704
Titre en vo : Paul of Dune
Cycle en vo : Heroes of Dune
Parution en vo : septembre 2008
Première parution : mai 2009

Lire tous les articles concernant Kevin J. Anderson ou Brian Herbert

Prenant place dans l’univers de Dune, Paul le prophète a été écrit par Brian Herbert, le fils de l’auteur originel, et se place en partie entre La maison Corrino, du même auteur, et Dune, et d’autre part entre Dune et Le Messie de Dune.

Les Auteurs
 
Brian Herbert est le fils de Franck Herbert, l’écrivain originel de la saga de Dune.
Il a déjà écrit les cycles Avant-Dune, Dune, la genèse et Après Dune.
Ce roman est le premier du cycle Légendes de Dune.
 
Kevin J. Anderson
Écrivain de S-F, Anderson a déjà écrit entre autres pour les univers de Star Wars, StarCraft, X-Files, Titan A.E.
 
 
"Mon nom est un nom qui tue"
 
L’action du livre commence après la chute de l’Empereur Padishah Shaddam Corrino IV, lors des débuts du Jihad de l’empereur Paul Muad’Dib, avant les évènements racontés dans le Messie de Dune.
Y sont chroniquées les batailles du Jihad, et les intrigues politiques faisant suite à la chute de l’ancien pouvoir.
Lors de cette période, la femme de Paul Muad’Dib, la princesse Irulan, fille de l’ancien empereur déchu, décide d’écrire l’histoire de la jeunesse de Paul.
Elle conte des événements ayant eu lieu dans la jeunesse de Paul, entre les événements contés dans le roman La maison Corrino et Dune.
 
 
"l’espérance ternit l’observation" (Dune, T1, Ch1)
 
Le livre rentre dans la saga étendue de Dune, et n’a pas vraiment de sens tout seul, si on ne connait pas déjà le reste de la saga.
Il développe encore un peu plus le passé de Paul Atréides, et comble une partie des événements ayant eu lieu entre deux romans de la saga originelle.
 
Brian Herbert y développe l’univers étendu, il y aborde encore une fois les maitres escrimeurs de Ginaz, dont il a conté les aventures dans le cycle Avant Dune (La maison des Atréides, La maison Harkonnen, et La maison Corrino).
Il en fait une organisation forte, avec beaucoup de personnalité.
 
Malheureusement, la où son père a créé l’organisation du Bene Gesserit, hautement politique, exerçant un contrôle énorme sur une grande partie de la politique de la galaxie, intrigant de manière complexe et recherchée, les maîtres escrimeurs sont hauts en couleur, mais donnent l’impression d’être juste des serviteurs, certes d’élite, avec un honneur et des compétences très importantes, mais qui n’ont pas de but en soit.
Et Brian Herbert doit être très fier de son bébé, au point qu’il laisse sur le carreau toute la concurrence, le Bene Gesserit et les mentats en premier lieu.
 
Le résultat est que là où la saga originelle était un nid d’intrigues complexes, sur plusieurs niveaux, sanglante, mortelle et où la philosophie prenait malgré tout une grande place, Paul le Prophète compte juste une suite de bataille, où les personnages, normalement accompagnés des plus grands esprits de la galaxie, ne voient pas arriver les pièges les plus simples.
 
Les ennemis sont devenus sans profondeur, sont juste "méchants", sans plus être machiavéliques, les intrigues politiques sont d’une simplicité incroyable, certains personnages existant dans le cycle originel sont devenus transparents, voire sont presque mis a la porte, et ont également perdu toute leur âme.
 
Pour résumer, Brian Herbert n’a vraiment pas le talent d’écriture de son père.

Bertrand Tzd

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.