Pourquoi j’attends Blade Runner 2049

aux éditions
Genre : Au cinéma cette semaine
Date de parution : juillet 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Divers
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Étienne Barillier a été l’un des premiers en France à écrire des ouvrages de référence sur le steampunk, comme Tout le steampunk ! ou le Guide steampunk (avec Arthur Morgan). Il est également un spécialiste de Philip K. Dick. Il est l’auteur du Guide Philip K. Dick et du site francophone dickien.fr. Il est membre du Prix ActuSF de l’uchronie.

Récemment, il est le co-auteur de La France steampunk aux éditions Mnémos, roman illustré de photos de Nicolas Meunier.

Oui, Blade Runner a été un flop terrible l’été 1982 aux États-Unis. Sorti dans les salles américaines quinze jours après E.T. L’Extraterrestre, il sombre rapidement au box-office. Sa réception en France est tout aussi sévère. N’oublions pas la une de Métal Hurlant titrant « c’est Philip K. Dick qu’on assassine » ! Ce n’est qu’avec sa parution en VHS qu’il a progressivement acquis un statut de film culte. 
Aujourd’hui encore Blade Runner obsède. Ses différentes versions (la director’s cut en 1992 et la final cut en 2007) provoquent débats et divisent. Les études savantes sont nombreuses. Des sites lui sont consacrés et sa page Wikipédia est un modèle du genre.
En un mot, Blade Runner est un chef-d’œuvre dont l’influence reste majeure aujourd’hui encore, de Deus Ex à Ghost in the Shell, d’Inception à Des larmes sous la pluie (roman de Rosa Montero que je vous recommande chaudement).
 
 
 
 
Pourquoi est-ce que j’irai voir Blade Runner 2049 ?
 
1/ Parce que ce n’est pas Ridley Scott qui le réalise
Soyons sévère : cela fait combien de temps que Ridley Scott n’a pas fait de films intéressants ? L’homme est extrêmement actif et demeure un technicien hors pair. Mais franchement ses choix de scénario sont parfois fainéants ou pour le moins surprenants (vous pouvez placer les deux derniers Alien dans la case qui vous convient.)
Pour contre il est un producteur avisé. Il a porté pendant plusieurs années le projet de la série télévisée du Maître du Haut Château jusqu’à ce qu’elle soit produite par Amazon avec le succès que l’on sait.
Le choix du réalisateur intrigue et attire. Denis Villeneuve est un sacré raconteur d’histoire, capable de porter à l’écran Premier Contact. Dans tous les cas, je ne le vois pas comme un mercenaire, prêt à accepter n’importe quel contrat.
 
 
2/ Parce que je pardonne au film d’être ce qu’il est
Pourquoi faire une suite à ce film ? Rien dans le premier n’appelle une résolution ou même une évolution de l’histoire. Pourtant, comme avec Alien, Ridley Scott y revient encore… comme s’il ne pouvait abandonner l’œuvre qui d’une certaine façon l’a fait passer à la postérité.
Cela fait dix ans que plusieurs projets tentent d’être des suites de Blade Runner. Pour le moment, on ne sait rien du scénario : l’officier de police K (Ryan Gosling) mène une enquête qui va l’amener à retrouver Rick Deckard (Harrison Ford), un Blade Runner qui a disparu depuis trente ans…
Il est écrit par un des principaux scénaristes de l’original, Hampton Fancher, aidé de Michael Green (déjà responsable de la splendide série American Gods d’après Neil Gaiman).
À partir de là, deux possibilités se dessinent. Soit vous êtes optimiste et vous considérez que le film peut prendre des chemins de traverse, oublier l’original et créer sa propre identité. Ce qui serait à mes yeux l’option la plus noble et la plus enthousiasmante.
Soit il sera pour Blade Runner ce que Star Wars : Le Réveil de la Force a été pour la première trilogie de George Lucas : moins qu’un reboot mais à peine plus qu’un best of… 
La bande-annonce cite énormément le premier film, ce qui est un choix cohérent, il faut quand même sacrément rafraîchir la mémoire du public plus de trente ans après le premier ! 
 

3/ Parce que ce n’est pas d’après Philip K. Dick
N’oubliez pas que Philip K. Dick n’a jamais écrit de roman intitulé Blade Runner. En fait, les producteurs avaient acheté les droits d’un roman de William S. Burroughs seulement pour en utiliser le titre !
Si vous avez lu Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? vous avez pu constater combien le film n’adapte en fait qu’une infime portion du roman. Je n’ose imaginer la stupéfaction de lecteurs de bonne volonté croyant retrouver le film dans le livre !
Il constitue cependant une splendide adaptation de Dick, parce qu’il capture des couleurs, des thèmes, des motifs profondément dickiens. En trahissant absolument le livre, il le réinvente, le change et tout en restant fidèle, à sa façon, à la petite musique dickienne.
 
Oui, j’irai voir Blade Runner 2049. J’y irai sans avoir lu la moindre critique, sans rien en savoir. J’y irai parce que les simples mots « la suite de Blade Runner » me fascinent. J’y irai pour voir si un répliquant y rêve de moutons électriques.
 
 
Sur le Steampunk avec Arthur Morgan 
Et une dernière ... pour le plaisir ...
 
 
 
 

Etienne Barillier