Powers
( Powers 1 )
de Michel Avon Oeming et Brian Michael Bendis
aux éditions Semic ,
collection Semic Books
Genre : Comics
Sous-genres :
  • Polar

Scénariste : Brian Michael Bendis
Dessinateur : Michel Avon Oeming
Date de parution : janvier 2002 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 144
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Michel Avon Oeming ou Brian Michael Bendis

Un premier tome qui donne envie de lire rapidement la suite

Dans cet univers, le ciel est rempli de héros masqués aux couleurs flamboyantes. On les suit volant au secours des innocents ou combattant les méchants. En dessous les hommes continuent de vivre comme si de rien n’était, observant ces demi-dieux. Ces deux mondes sont semblables et pourtant tous les séparent. Ici les super héros ne tiennent que les seconds rôles. Ce sont l’inspecteur Walker et sa jeune coéquipière qui tiennent les rôles principaux.

La vague du réalisme


Powers surfe sur la vague de réalisme c’est-à-dire de tout ce qui entoure l’univers des super héros, eux mis à part. Avec Marvels (de Busiek et Ross), on découvrait les héros au travers de la vie d’un journaliste. Ici c’est par une enquête de police que l’on observe. L’inspecteur Christopher Walker est chargé du meurtre de Retro Girl, une super héroïne très populaire. Pour mener à bien cette très médiatique enquête, on lui colle une jeune débutante Deena Pilgrim., qui s’occupe plus des petits secrets de son coéquipier que de l’enquête. Leurs investigations vont les conduire dans l’univers des héros masqués et de leurs ennemis.

Spiderman, Sam et Twitch, Spawn...

Brian Michael Bendis a travaillé sur de nombreuses séries comme Spiderman ou Spawn. Il s’oriente vers le polar avec Sam et Twitch, deux policiers enquêtant dans les ruelles glauques de Spawn. Avec Powers, il s’éloigne encore un peu plus des super héros pour se rapprocher de ceux du quotidien.

Michael Avon Oeming possède un style très clair et épuré qui n’est pas sans rappeler l’Art Déco ou les dessins animés de Superman. D’ailleurs, le physique de Walker a un petit quelque chose de L’Homme de fer.

On aime !

Le graphisme est tout ce qu’il y de plus américain mais c’est un vrai régal. On suit en même temps l’action et tout le déploiement médiatique qui entoure l’enquête sur un rythme d’enfer. Cela peut être un peu déroutant au début mais on prend vite le pas. Pour le scénario, il est digne d’un grand polar avec de multiples rebondissements. Bref, c’est superbe et on attend la suite avec impatience.

Thomas Ryngel

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.