Prince du Chaos
( Le Cycle des Princes d'Ambre 10 )
de Roger Zelazny
aux éditions Folio SF
Genre : Fantasy

Auteurs : Roger Zelazny
Couverture : Eikasia
Traduction : Luc Carrissimo
Date de parution : décembre 2001 Réédition
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 281
Titre en vo : Prince of Chaos
Parution en vo : janvier 1991
Première parution : janvier 1993

Lire tous les articles concernant Roger Zelazny

This is the end, my friends...

Cette fois ça y est, on approche de la fin, on devrait enfin éclaircir tout ce qui reste nébuleux…

Souvenez-vous une dernière fois…

Pour l’instant la situation est la suivante : le meilleur ami de Merle, Luc, est devenu souverain de son pays qu’il a réussi à reconquérir. Dans la foulée, il a pris pour reine Corail, amante de Merlin. Dworkin, créateur des Atouts et de la Marelle qui a apparemment récupéré toutes ses capacités mentales, a testé ses nouveaux talents de chirurgiens sur cette nouvelle reine en remplaçant son œil crevé par la pierre du jugement. Pendant ce temps, Merle a récupéré dans les appartements de son oncle une étrange bague à aiguilles qui dégage une forte puissance magique ne semblant s’apparenter ni à celle de la Marelle, ni à celle du Logrus.

Tous ces éléments mis en place, Merle est rappelé dans les Cours du Chaos où le décès du Souverain, ainsi que celui de nombreuses personnalités importantes le placent en troisième position dans la course à la succession du trône.

Un final à la hauteur de tout le cycle…

L’éternelle bataille entre l’Ordre et le Chaos approche donc de son terme. Pour le moment, l’Ordre paraît prendre l’avantage grâce à la seconde marelle créée par le père de Merlin mais la place que celui-ci semble être amené à occuper dans les Cours risque de changer la donne. Enfin bref, on va cette fois-ci avoir la réponse à toutes nos questions : est-ce que Merle va retrouver Julia (et dans quel état), est-ce qu’il va retrouver son père, est-ce que la roue spectrale va retrouver ses boulons, est-ce qu’on va s’y retrouver ?

Foncez, n’ayez même pas l’ombre d’une hésitation, Zelazny ne nous laisse pas une seule fois sur notre faim et ne laisse pas une seule zone d’ombre. Encore une fois ce tome part à cent à l’heure, ne ralentit jamais et se lit pratiquement d’une traite. Le cycle se termine comme il avait commencé, c’est du très haut niveau qui vous laisse beaucoup d’ambiances, de personnages et de paysages en mémoire. De toutes façons, si vous avez lu les neuf premiers épisodes du cycle, je ne vois pas comment vous pourriez faire autrement que de lire celui-ci. Alors allez-y, vous ne serez pas déçus.

Claire Bauchat