Printemps
( Le Demi-Monde 2 )
de Rod Rees et Florence Dolisi
aux éditions J’ai lu ,
collection Nouveaux Millénaires
Genre : SF
Sous-genres :
  • Dystopie

Auteurs : Rod Rees , Florence Dolisi
Date de parution : novembre 2013 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Titre en vo : Spring
Cycle en vo : The Demi-Monde
Parution en vo : décembre 2011

Lire tous les articles concernant Rod Rees ou Florence Dolisi

Un deuxième tome dans la même veine que le premier.

On sait peu de choses sur Rod Rees à part qu’il a énormément voyagé (Afrique, Moyen-Orient, Russie) et s’est donc retrouvé à vivre à Moscou (où il a conçu des satellites de communication), au Bangladesh (où il a construit des usines pharmaceutiques) ou encore au Qatar. Passionné d’histoire, il s’est posé en Angleterre avec sa femme et ses deux filles pour se consacrer à plein temps à l’écriture. Printemps, deuxième tome de la série Le Demi-monde, fait suite à Hiver, paru au début de l’année.
 
Rien ne va plus dans le Demi-monde
 
Le roman débute là où Hiver avait terminé : la fille de Reinhard Heydrich, dupe de Norma Williams, est retournée dans le vrai monde sous l’identité de la fille du président des États-Unis. Et tandis que la guerre s’annonce aux portes du Quartier Chaud, c’est à Norma que revient la lourde tâche de prendre la tête de la résistance. Entourée de ses anciens compagnons - Vanka Maykov et Burlesque Bandstand - et de nouveaux - Odette Aroca -, elle va devoir faire face à plusieurs menaces donc la plus terrible pourrait venir de celle-là même qui l’a sauvée : Ella Thomas...
 
On prend les mêmes et on recommence
 
Si vous avez aimé Hiver, vous adorerez Printemps. Ce deuxième volume utilise les mêmes ficelles que le premier : écriture dynamique et nerveuse, chapitres courts, nombreux rebondissements, situations rocambolesques ; bref, l’intrigue avance à grande vitesse. De ce point de vue là, guère de changement donc : la lecture est toujours aussi addictive et cette suite est un nouveau page-turner.
 
Hélas, les défauts du premier tome sont toujours présents : certains personnages sont à la limite de la caricature, quand ils n’ont pas des comportements aberrants voire confondants de naïveté ; les coïncidences sont toujours aussi nombreuses et les situations les plus difficiles sont toujours résolues avec la plus grande nonchalance. Rien ne semble vraiment mettre en danger nos héros qui ne restent jamais bien longtemps dans une impasse. La propension des personnages féminins à utiliser leur corps plutôt que leur cerveau pour s’occuper des problèmes impliquant des membres de l’autre sexe devient également vite agaçante, d’autant plus que les héroïnes prouvent à longueur de temps qu’elles sont loin d’être des idiotes ! Et, sans surprise, le roman se termine sur un cliffhanger... qui semble un peu sorti de nulle part.
 
Heureusement, l’introduction de nouveaux éléments sauve un peu l’ensemble et permet de lui redonner un second souffle : ainsi, l’intrigue se déroulant dans le monde réel, même si assez prévisible, apporte un nouveau degré de complexité à l’histoire. On découvre également un nouveau quartier et de nouvelles singularités font leur apparition (le Marquis de Sade, Casanova, Machiavel, Nostradamus).
 
Sans être déçu, il est difficile de ne pas sortir de la lecture de Printemps avec une certaine frustration. Les bonnes idées sont noyées dans une narration un peu trop légère et convenue et l’univers devient de plus en plus fourre-tout (mais pourquoi l’auteur a-t-il tenu à rajouter des vampires ?). Malgré tout, difficile de ne pas continuer la lecture tant le Demi-monde reste attachant et recèle parfois d’agréables surprises. Mais attention car la lassitude n’est pas loin.

Marie Marquez

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.