Quarantaine
( Lord Baltimore 1 )
de ben Stenbeck et Mike Mignola
aux éditions Delcourt
Genre : Fantastique

Scénariste : Mike Mignola
Dessinateur : ben Stenbeck
Date de parution : octobre 2011 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 125
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant ben Stenbeck ou Mike Mignola

Une uchronie décevante pleine de zombies et de vampires...

On commence maintenant à bien connaître Mike Mignola. L’auteur de B.P.R.D. ou d’épisodes de Wolverine a connu un succès certain avec Hellboy et l’adaptation ciné qui s’en est suivi. Pour Lord Baltimore, il s’est associé à Christopher Golden. Les amateurs de romans fantastiques se souviendront peut-être de ses livres publiés dans la collection Terreur des éditions Pocket. Cela fait également plusieurs années qu’il oeuvre dans le monde du comic. Côté dessins, ils ont à leurs côtés Ben Stenbeck, un neozélandais qui a travaillé notamment pour Dark Horse et Marvel... 

Zombies, vampires et maladie... 

Lord Baltimore est une uchronie dont le point de divergence se situe pendant la première guerre mondiale. Une étrange épidémie met fin aux hostilités faute de combattants. Malheureusement elle s’accompagne aussi de l’apparition de vampires et de zombies semant la terreur sur leur passage. 

Dans ce chaos, Lord Baltimore est un ancien soldat qui traque celui qui a provoqué la mort de toute sa famille. 

L’uchronie sans estomac...

Si le pitch mélangeant Uchronie, zombies et vampires, pouvait paraître intéressant, la lecture de l’album s’avère rapidement décevante. Les auteurs ont surtout imaginé une énième histoire de zombies et de vampires avec beaucoup d’action et de rebondissements, mais en oubliant de construire un scénario original et digne de ce nom. Lord Baltimore a connu un grand drame et découpe ses ennemis avec ses grands sabres... et c’est à peu près tout.
 
On exagère à peine. L’uchronie n’est ici pas du tout mise en valeur (on se demande d’ailleurs si elle sert à quelque chose). Enfin pour les dessins, la déception est également au rendez-vous, avec peu de détails, des visages flous dès que le point de vue s’éloigne et des couleurs bien ternes. Une BD à oublier... 

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.