Rencontre avec Gaëria
( Iluvendan 1 )
de Marc-Antoine Fardin et Nicolas Debandt
aux éditions Les éditions de l’Homme Sans Nom
Genre : Fantasy
Sous-genres :
  • Steampunk

Auteurs : Marc-Antoine Fardin , Nicolas Debandt
Date de parution : avril 2011 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 418
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Marc-Antoine Fardin ou Nicolas Debandt

Iluvendan entre Magie et Technologie

Nicolas Debandt, après un Bac scientifique, se dirige en Fac de médecine où il y fait un bref passage. Il obtient une licence à l’université de Cergy Pontoise. Il prépare actuellement un CAPES Sciences de la Vie et de la Terre à l’Université Jules Verne d’Amiens (un nom qui le prédestine à l’écriture...).

Entre son Master qu’il prépare en parallèle, ses études sur les relations phylogénétiques entre l’homme et Drosophila melanogaster, son imagination prend quelques fois le dessus sur la science, l’entraînant vers l’écriture. Rencontre avec Gaëria (Iluvendan tome 1) est son premier roman, écrit à quatre mains avec Marc-Antoine Fardin.

Marc-Antoine Fardin, qui a grandi en banlieue parisienne, décide de claquer la porte de son lycée Pasteur à Neuilly-sur-Seine. Il prépare alors une licence de Sciences Physiques à Jussieu, qui répond mieux à son désir de savoir et d’émancipation. Ses études le poussent à partir vers New York, où il y côtoie pendant un an les autochtones. Prenant goût à l’anglais, il décide de préparer une thèse en partenariat avec le MIT. De conférences en écrits scientifiques, Marc-Antoine Fardin se laisse aller à une science plus fantasque qu’est l’écriture de romans. Rencontre avec Gaëria est son premier roman et semble être son laboratoire expérimental en la matière.

La science de la magie ou la magie des sciences

Iluvendan, ancien fleuron et perle du monde de Gaëria, une belle cité même si elle est loin de sa magnificence passée, reste de loin le phare des connaissances dans ce monde détruit depuis le cataclysme. La cité perdure grâce notamment au mystérieux cristal noir, le Iolthän, qui fournit l’énergie nécessaire à l’utilisation de la magie et de la mécanique. Il permet aux fameux aéronefs de voler et apporte le confort et une certaine prospérité aux habitants. C’est à Iluvendan, où se mêlent et s’entremêlent la magie et la technologie des plus poussées, que deux jeunes jumeaux, Klaod et Fëasil, vont faire leurs études. La jolie Imenel, une amie d’enfance, va compléter ce trio pour des aventures trépidantes. En effet les études et les professeurs de l’Université ne vont pas suffire à occuper nos bouillonnants héros. Les rumeurs d’une pénurie du cristal tant utilisé, avec les risques que cela comporte, vont lancer Fëasil, Klaod et Imenel dans une enquête des plus dangereuses. Manipulés par certains et aidés par d’autres, il vont devoir déjouer les pièges et les machinations en faisant appel à toute leur ingéniosité. Sans compter que l’approche d’un conflit avec une cité voisine va faire rentrer dans l’équation des forces qui les dépassent. Entre leurs doutes et la recherche de leur place dans ce monde ravagé, nos jeunes aventuriers ne seront pas trop de trois pour faire éclater la vérité.

La fantasy vue par des scientifiques

Les deux auteurs sont tous deux scientifiques et heureux de l’être, cela se sent au fil des pages de ce roman écrit à quatre mains. L’univers de Gaëria fourmille de technologie apportant une pointe de steampunk à cette fantasy épique. L’histoire pourrait être très conventionnelle, avec un air d’Harry Potter : en effet trois jeunes gens qui partent vers une université pour apprendre la magie... Mais les écrivains évitent malgré tout pas mal de clichés du genre. Sans compter que Nicolas Debandt et Marc-Antoine Fardin savent ménager leurs lecteurs et réserver quelques surprises. Les trois personnages sont d’ailleurs des plus attachants, ainsi on les suit dans leurs doutes et appréhensions qui sont bien de leurs âges. Leurs recherches pour comprendre leur monde et la situation véritable de celui-ci nous permet par la même occasion d’appréhender l’univers de l’histoire.

Entre le manque criant du cristal tant convoité, le conflit larvé avec la cité du pays voisin qui devient une réalité des plus funeste et les différentes machinations, l’intrigue est assez fouillée et dense. Après leurs études qui passent assez vite dans le roman, on comprend rapidement que Imenel, Fëasil et Klaod ne sont pas tout à fait comme les autres. Leurs capacités exceptionnelles font d’eux des êtres hors du communs et on a vite l’envie de connaître leur destin.

Ce qui nous donne une histoire qui, même si elle reste assez conventionnelle, apporte son lot de bonnes surprises qui sont dues notamment à des personnages hauts en couleurs et quelques batailles épiques. Le combat du Précipice avec les démons en est un parfait exemple ; les descriptions des scènes de combats, la fureur des assaillants et la chaleur et le feu des créatures démoniaques sont très bien rendus.

Vous trouverez aux détours des chapitres des annotations, des lois et une multitude de petits textes qui donnent l’impression d’un carnet de voyage ou permet une meilleur immersion pour le lecteur.

Les deux auteurs signent donc un roman riche et prenant avec une écriture très actuelle. Je le conseille à tout amateur qui aime le mélange des genres, une belle rencontre de la fantasy et du steampunk.

Il s’agit d’une histoire en deux tomes, alors attendons avec impatience la suite et surtout ne transgressez pas les règles des Graveurs au risque de disparaître dans l’oubli...

Yann Blanchard

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.