Retour à Tolden
( Marlysa 9 )
de Jean-Charles Gaudin et Jean-Pierre Danard
aux éditions Soleil
Genre : Fantasy
Sous-genres :
  • Sword and sorcery

Auteurs : Jean-Charles Gaudin
Dessinateur : Jean-Pierre Danard
Couleurs : Yoann Guillo
Date de parution : décembre 2009 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 47
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Jean-Charles Gaudin ou Jean-Pierre Danard

Retour aux sources

Dans les deux albums précédents (le mini-cycle du Waltras), la femme-soldat Marlysa avait changé de statut. Devenue duelliste sans attache, offerte au plus offrant, elle avait acquis une maturité qui n’allait pas sans un certain renoncement à l’esprit d’origine de la série. Le neuvième album de Marlysa est un retour aux sources. Marlysa retourne dans le village où elle a été recueillie et où elle a grandi. On retrouve avec plaisir certains des personnages du premier album. Mais les conditions ne sont pas idéales pour l’effusion des retrouvailles.

Le dessinateur Jean-Pierre Danard, qui s’est essayé récemment à un autre univers graphique (Mlle Irma voyante de charme), poursuit la saga Marlysa sans faiblir. Jean-Charles Gaudin multiplie, quant à lui, les séries fantastiques (Garous) et fantasy (Les Arcanes de midi-minuit, Le Feul, Angor, L’Assassin royal), tout en restant fidèle à sa première série à succès. Dans ce retour aux origines, les deux compères retrouvent une nouvelle dynamique. Une histoire plus simple, une Marlysa plus humaine qui replonge en enfance, une distinction plus évidente entre gentils (les traits épurés) et méchants (les grosses brutes surmusclées).

Retour à haut risque

Cape et capuche dans l’obscurité, Marlysa entre par effraction dans la nouvelle bibliothèque de Dompour. Son cambrioleur complice, Durkan, qui sait y faire avec les glens à dents de sabre, lui réserve une mauvaise surprise. Marlysa tombe dans un traquenard. Elle tente de fuir une bande de barbares par les toits, mais elle est capturée et transportée les yeux bandés jusqu’à une cage cubique. Enfermée, elle apprend que les barbares préparent l’invasion de la cité de Dompour.

Avec l’aide d’un Durkan repenti, Marlysa parvient à échapper aux Kidriks. Quand elle apprend que les barbares occupent l’Est de Dompour, Marlysa n’hésite pas. Elle se rend à Tolden, son village d’origine, pour porter secours à sa famille et ses amis en danger. Ça ne va pas être simple.

Retour gagnant

Le scénario de Jean-Charles Gaudin est toujours convaincant. Des fausses pistes (la fuite qui ne réussit pas, le traître qui se fait pardonner, Marlysa alternativement libre et capturée, le méchant barbare, le gentil barbare, etc.), des rebondissements (changements de lieu, rencontres), des atmosphères différentes dans chaque lieu, une Marlysa moins meurtrière, plus fragile, des liens avec d’autres albums de la série... Des ingrédients qui ne pourront qu’enchanter les familiers de la série.

Le dessin de Jean-Pierre Danard est de plus en plus maîtrisé. Chaque case est un tableau où le dessinateur donne l’impression de se faire plaisir, d’exposer les corps en mouvement, de cadrer sur des combattants surarmés (les équipements et les armes sont minutieusement détaillés). Les visages et les gros yeux des personnages sympathiques sont très expressifs. Les squelettes et les pectoraux des barbares sont hypertrophiés à souhait. L’héroïne, omniprésente, sans concurrence avec les personnages secondaires à l’inverse des albums précédents, ajoute la touche de sensualité et de rondeur qu’il faut dans ce monde de brutes.

Dernier coup de patte au tableau, Yoann Guillo alterne ambiances chaudes et froides, dans un continuum d’opposition entre bruns et bleus-verts pastels. Pas de rouge intense, pas de vert vif. Peu de noir. Des ombres et des dégradés soignés.

Un album plus léger, plus aéré, plus nostalgique, plus féminin. Un vrai numéro neuf.

Marc Alotton

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.