Rêves
( Emblèmes 4 )
de Natacha Giordano
aux éditions L’Oxymore
Genre : Fantastique

Auteurs : Emblèmes , Léa Silhol , Kathryn Kristine Rusch , Gary A. Braunbeck , Claude Mamier
Couverture : Ruby
Anthologiste : Natacha Giordano
Date de parution : décembre 2001 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Anthologie
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Emblèmes ou Léa Silhol

Un excellent numéro avec quatre nouvelles au moins qui valent le détour...

Anthologie périodique, thématique et trimestrielle, on avait salué les deux premiers volumes d’Emblèmes (les Vampyres et La Magie) avant de descendre le tome 3 (Les momies). Autant dire que c’est avec curiosité que nous attendions ce quatrième opus sur les rêves. Avec un tel thème, on pouvait s’attendre à quelques morceaux d’onirismes que nous espérions savoureux.

Le Dieu des rêves...

Cette attente est largement comblée dans cette anthologie. Si l’on peut sans doute regretter que certaines nouvelles manquent de force, on y trouve quand même quelques très belles surprises, à commencer par le récit de Léa Silhol. C’est une des seules à se détacher du sommeil pour explorer la thématique imposée sous un autre angle, celui d’une jeune artiste souhaitant faire le portait du Dieu des rêves. Un beau récit brillamment mené. Au chapitre des compliments, on peut aussi saluer Kristine Kathryn Rusch et ses Etats Oniriques. Voici une étonnante histoire de recherche sur le sommeil et de communication à l’intérieur des rêves entre deux personnes. Surprenant et émouvant, ce texte vaut lui aussi un coup d’œil attentif. Tout comme Le Prix de la consolation de Gary A.Braunbeck ou le héros souhaite payer quelqu’un pour débarrasser son père d’un de ses rêves persistant. Au fil des rebondissements, il découvrira un monde complètement différent. Enfin, n’oublions pas de citer Un paysage de Rêve de Claude Mamier et la très bonne idée qui jaillit à la fin de son histoire. Mais chut, on ne peut pas en dire plus.

Quatre trés bonnes nouvelles pour trois moyennes...

Si l’on fait les comptes, voici donc quatre nouvelles qui valent véritablement le détour. On retiendra qu’elles sont surprenantes, les auteurs ayant su sortir des sentiers battus pour laisser libre court à leur imagination. Les trois textes restants ne sont à priori pas mauvais. Ils sont juste moins bons, moins enthousiasmant. Au final ce numéro 4 d’Emblèmes fut un vrai plaisir à lire. A conseiller.

Jérôme Vincent