RougeRobe
( 1 )
de Jon Courtenay Grimwood
aux éditions Bragelonne
Genre : SF

Auteurs : Jon Courtenay Grimwood
Couverture : Aleski Brichot
Traduction : Nenad Saviv
Date de parution : septembre 2004 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Jon Courtenay Grimwood

Un roman en demi-teinte

Ancien journaliste, Jon Courtenay Grimwood est un de ces nouveaux auteurs anglais qui font la science-fiction d’aujourd’hui dans leur pays. En France, on a pu le découvrir en 2003 par le biais des éditions Bragelonne avec l’excellent NéoAddix. Depuis Le Dragon de Lucifer et ReMix sont venus alimenter sa bibliographie chez nous avec en plus désormais RougeRobe.

Tueur à gages

Tueur à gages de profession, Axl se voit contraint d’accepter une mission pour le compte du cardinal Santo Ducque afin d’éviter la peine capitale. Sur la station orbitale Samsara il doit retrouver les compagnons de la papesse Jeanne qui vient de mourir. Avec eux, le cardinal espère découvrir le moyen d’éviter à l’Eglise une déroute financière sans précédent sur fond de scandale. Une mission qui pour Axl commence par l’amputation de ses yeux et un amaigrissement forcé…

De bonnes choses mais un propos parfois un peu flou

La première constatation qui vient à l’esprit lorsque l’on évoque ce livre, c’est que Jon Courtenay Grimwood s’y entend merveilleusement pour écrire des scènes chocs. En quelques phrases, il parvient à happer complètement l’attention du lecteur avec des paragraphes d’une efficacité redoutable, jouant sur la violence, la précision de sa plume et l’immoralité de ses héros (que ce soit le cardinal ou Axl). Un mélange détonant que l’on trouve essentiellement au début de RougeRobe et qui permet de rentrer directement dans le récit. Malheureusement, la suite est inégale, donnant une impression de flou sur certains passages. Et au final on se demande s’il ne faudrait pas relire le roman pour tout bien comprendre. Un peu comme si Grimwood s’était parfois égaré en chemin. Il en ressort un livre qui n’est pas déplaisant, mais qui laisse un arrière goût d’incompris.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.