Sang de lune
de Charlotte Bousquet
aux éditions Gulf Stream ,
collection Electrogène
Genre : SF
Sous-genres :
  • Dystopie

Auteurs : Charlotte Bousquet
Date de parution : août 2016 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 320
Age minimum : 12 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Charlotte Bousquet

La chronique écrite de Lola P., 14 ans.

L’auteure

Charlotte Bousquet, née le 9 janvier 1973, est une auteure française. Elle écrit principalement des romans jeunesse adolecsents, mais aussi adultes.

Philosophe de formation, Charlotte Bousquet publie son premier livre Zaïna et le fils du vent en 1999 aux éditions Yomad, suivi de Le défi de Zaïna en 2001, puis C.O.P.S. : Lights, caméra, révolution en 2002. Elle soutient cette même année une thèse à la Sorbonne sur les mondes de l’imaginaires : Les mondes imaginaires et le déplacement du réel : un questionnement de l’être humain. Elle a écrit des articles philosophiques (comme Corps fantastique, âme fantasmée), et entame en 2004 la trilogie Le coeur d’Aramantha, pour laquelle elle obtient le Prix Merlin. Elle a collaboré à plusieurs reprises avec des revues (notamment Faerises, Monk, Le calepin jaune), et a participé en tant que nouvelliste à la création du jeu de rôles COPS, inspiré de son roman publié quelques années auparavant.

Elle a créé avec son époux, l’illustrateur Fablyrr (Fabien Fernandez) la maison d’éditions CDS Éditions, dans laquelle elle a dirigé pendant trois ans la collection Pueblos, composée d’anthologies destinées à venir en aide aux associations humanitaires et écologiques, dans le but de sensibilisier le public.

Le roman fantsatique épistolaire "Lettres aux Ténèbres" paraît en février 2008 aux éditions Le calepin jaune, avant d’être réédité deux ans plus tard en une version augmentée avec la participation d’autres auteurs aux éditions La Rivière Blanche. Son remier recueil de nouvelles, Au miroir des sphinx, sort en septembre 2008 aux éditions Argemmios. Elle publie également aux éditions Mnémos la série "L’archipel des Numinées", dont le premier tome "Arachnae" sort en avril 2009. Le deuxième tome, "Cyteriae", remporte le Prix Elbakine en 2010 et le Prix Imaginales en 2011.

Elle recommence ensuite à écrire des romans jeunesse, elle écrit des polars historiques, dont la plupart paraitront aux éditions Gulf Stream. Elle publie à partir de 2011 la pentalogie (série de cinq volets) "La peau des rêves", pour jeunes adultes aux éditions de l’Archipel. Le premier tome, "Nuit tatouée", remporte en 2012 le prix Imaginales des collégiens.

L’histoire
 
 Dans la cité d’Alta, les femmes -aussi appelées "sang de lune", doivent obéir aux Fils du Soleil.On leur inculque depuis leur naissance que le mal et les Ténèbres sont tapies au fond d’elles, pouvant jaillir à tout moment. Si c’est le cas, elles sont punies, enfermées, mises à mort, brûlées. Gia, comme toutes les Sang de Lune, se plie aux règles du Conseil des Sept, régissant et dirigeant Alta.
 
Mais de plus en plus de doutes troublent sa vision du monde qui l’entoure. Pourquoi les femmes naissent-elles avec une part de Ténèbres en elles et pas les hommes ? Qu’y a-t-il vraiment derrière les murs d’Alta ? Pourquoi se plier à ces injustices ?

Lorsque sa soeur découvre une carte menant à un monde inconnu, les deux filles se prennent à rêver à une possible liberté. Mais lorsque Gia apprend qu’elle doit se marier, elles prennent leur décision : fuir ensemble. Le temps leur est compté. Or, pour rejoindre le monde qu’elles espèrent, elles devront traverser les Régions Libres, un territoire effrayant plongé dans l’obscurité, où cohabitent hordes barbares, exclus d’Alta, criminels et créatures des Ténèbres.


Mon avis

Aimant beaucoup les romans de Charlotte Bousquet, j’attendais sa sortie avec impatience. J’ai commencé la lecture en m’attendant à une oeuvre similaire à "Si j’étais un rêve..." ou "Là où tombent les anges". Mais pas du tout. Cette fois, Charlotte Bousquet touche à un autre sujet que la guerre ou l’homosexualité, mais tout aussi sensible : la condition des femmes.
 
L’écriture est toujours aussi belle, mais moins légère, plus dure. Le début m’a paru très long, et les scènes cruelles, injustes : pourquoi tout le monde acceptait-il ça ? Je n’arrivais pas vraiment à rentrer dans l’histoire, j’étais simple spectatrice. Ce n’est que vers la moitié du livre que j’ai été entrainée avec Arienn et Gia dans les profondeurs d’Alta.
 
J’ai beaucoup aimé les citations qui figuraient à chaque début de chapitre. Elles aidaient à en apprendre davantage sur les conditions de la création d’Alta, sur la raison de ce système... Au départ je pensais que ces textes décrivaient une courbe parallèle à l’histoire principale, mais plus j’avançais dans le livre, plus les deux courbes se rapprochaient, pour révéler à la fin un passé prévisible, mais auquel je n’avais pas pensé. Oui, la fin est similaire au dénouement de romans dystopiques comme "Divergente" (Veronica Roth).
 
Mais la plume, l’imagination et la cause féministe de Charlotte Bousquet en a fait un récit palpitant, inquiétant, triste, qui soulage ou fait réfléchir selon les passages. Un livre qui changera votre façon de voir les choses...
 

Marc Alotton


chroniqueur(se) ado.